Brady et Mahomes: des approches différentes, mais les résultats sont là

Tom Brady des Patriots
Photo: Maddie Meyer Getty Images / AFP Tom Brady des Patriots

L’un d’eux est un choix de sixième tour qui a épousé une top-modèle et est devenu l’un des plus grands quarts de l’histoire de la NFL. Et il continue d’exceller, bien au-delà de son 41e anniversaire.

L’autre est un choix de première ronde qui fréquente encore sa copine de l’école secondaire, et qui a fait ses débuts dans la ligue en 2018. Il a eu 23 ans en septembre.

Il y a peu de similitudes entre Tom Brady et Patrick Mahomes, dont les clubs se disputeront le championnat de l’Américaine dimanche, à Kansas City (18 h 40).

« Je ne suis pas très friand des comparaisons, a dit l’entraîneur des Patriots, Bill Belichick. Mahomes est un joueur exceptionnel. Il a un bras puissant. Il a de la précision. Il peut trouver les couvertures, prolonger les jeux et faire quelque chose d’explosif sans prendre trop de risques ni mettre son équipe en péril. »

Brady a aussi un bras puissant — moins qu’avant, mais quand même. Il a une belle touche, et sa capacité à cerner comment on veut le contrer est peut-être inégalée. Avec lui aux commandes, les Pats ont atteint le match ultime de l’Américaine pour la huitième année de suite.

Brady préfère rester dans la pochette. Il bouge sous pression, mais il court rarement par pure volonté de gagner des verges. Une approche qui lui va bien, car on ne l’a jamais intercepté plus souvent que quatorze fois dans une saison.

Comme passeur, sa mécanique est très rapide, mais son acuité mentale est peut-être encore plus précieuse. Il a le don de disséquer une défense.

« Je ne vois aucun déclin, a dit l’entraîneur des Chiefs, Andy Reid. Il voit le jeu encore mieux qu’avant. L’âge ne lui nuit pas. Il est extraordinaire. »

Mahomes a égalé la meilleure saison de Brady avec 50 passes de touché. Il a obtenu plus de 5000 verges aériennes, ce que Brady a réussi une seule fois (2011).

Ce qui pourrait aider, c’est qu’il a mené les Chiefs à un gain de plus en saison régulière. Mahomes et compagnie auront donc 80 000 partisans au Arrowhead Stadium, plutôt que de devoir jouer à Foxborough.

Mahomes s’épanouit lorsque tout s’effondre autour de lui. Il peut prendre un risque et obtenir un premier essai au sol, mais il est tout aussi dangereux dans un rôle traditionnel de quart. Il a un rare talent pour balayer le terrain du regard, et ce, le plus longtemps possible.

« Avec lui, un jeu peut toujours déboucher sur quelque chose, a dit l’ailier rapproché Travis Kelce, des Chiefs. Il peut trouver des façons de vous envoyer le ballon. Le ballon aura peut-être une drôle de trajectoire, mais il va se rendre jusqu’à vous. »

Des approches différentes, des résultats similaires.

« Nous affrontons d’excellents joueurs lors de chaque match. Ils sont tous bons à leur manière, a dit Belichick. Ils peuvent tous vous causer des ennuis. Encore une fois, nous allons faire de notre mieux pour essayer d’avoir le dessus. »