Un enthousiasme qui ne se dément pas - La jeunesse sert bien les Flames de Calgary

Calgary — Les Flames de Calgary sont le plus récent exemple permettant de contredire la maxime selon lequel l'expérience fait foi de tout dans le sport, particulièrement en séries éliminatoires.

Certes, les Flames ont quelques vétérans au sein de leur formation, mais leur poussée aussi extraordinaire qu'inattendue au cours des présentes séries de la coupe Stanley se résume à un facteur principal: l'enthousiasme de la jeunesse. Pas moins de huit joueurs de 24 ans ou moins ont pris part aux séries 2004 avec la formation albertaine.

Chuck Kobasew, Matthew Lombardi et Brennan Evans ont tous 22 ans, Jordan Leopold et Oleg Saprykin en ont 23, tandis que Robyn Regehr, Steve Montador et Mike Commodore en ont 24.

«Il y a beaucoup d'enthousiasme, étant donné que nous sommes si jeunes, a reconnu Commodore. Nous n'avions pas tellement d'expérience au moment d'amorcer les séries, mais nous en avons gagné beaucoup depuis. Je ne sais pas si on surévalue l'expérience, mais je pense qu'on peut la contrebalancer avec de l'enthousiasme et de la jeunesse.»

Certaines équipes, comme les Maple Leafs de Toronto, misent surtout sur des joueurs dans la trentaine, souvent à tort. Pendant ce temps, les Flames ne cessent de faire tomber des équipes composées de futurs membres du Temple de la renommée.

«Nous avons affronté Detroit lors de la dernière série et ils ont probablement l'équipe qui a le plus d'expérience dans la ligue, mais nous avons plus de vitesse et plus d'énergie, a noté Kobasew. Ce groupe de joueurs aime bien apprendre de nouvelles choses.»

Un jeune joueur doit emmagasiner de l'expérience tôt ou tard et, selon Regehr, il n'y a pas de meilleur temps que maintenant.

«Pour plusieurs d'entre nous, ce sont nos premières séries et nous avons la chance de profiter d'une vraie belle occasion», a dit Regehr.

Le capitaine Jarome Iginla n'a que 26 ans, mais on le considère presque comme l'un des «vieux» de l'équipe. Dave Lowry, 39 ans, est le doyen du village tandis que Martin Gélinas, 33 ans, et Craig Conroy, 32 ans, sont des membres de l'âge d'or à côté des jeunes.

«Nos vieux sont pas mal 'cool', a déclaré Regehr. D'aucune façon on ne peut les qualifier de dinosaures. Ils sont parfois un peu bougons quand la musique dans le vestiaire est un peu forte, mais c'est bon de les avoir dans les environs. Ça donne un bon mélange.»

Peu importe jusqu'où iront les Flames ce printemps, leurs partisans ont de bonnes raisons d'être optimistes pour plusieurs années à venir.