Le Canadien commence l’année avec une victoire contre les Canucks

Carey Price a présenté son plus beau visage jeudi en bloquant 33 lancés.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Carey Price a présenté son plus beau visage jeudi en bloquant 33 lancés.

Après avoir bénéficié de onze jours de congé, Carey Price n’était pas rouillé, mais plutôt reposé, et les Canucks de Vancouver ont goûté à sa médecine.

Price a repoussé 33 tirs en route vers un deuxième jeu blanc cette saison, un 42e au total, et le Canadien de Montréal a commencé l’année 2019 en l’emportant 2-0, jeudi. À son premier départ depuis le 22 décembre, Price a fait oublier « l’irritation » au bas du corps qui l’a forcé à rater le voyage de trois matchs du Canadien entre Noël et le jour de l’An. Ce congé lui a aussi permis d’assister à la naissance de son deuxième enfant.

« Il n’a pas eu l’air rouillé, il semblait même encore plus alerte, a mentionné l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, au sujet de Price. Ce n’était que de bonnes nouvelles pour nous ce soir dans son cas.

« Ça donne confiance à l’équipe, mais il ne faut pas que cette confiance diminue la qualité du jeu des joueurs devant lui, ce qui a été le cas ce soir. » Un jour après avoir reçu une invitation au match des étoiles, Price a été digne de cet honneur. Il a été particulièrement brillant en deuxième période, multipliant les arrêts avec la mitaine. « Ces arrêts-là avec la mitaine me font rire sur le banc, a commenté Jordie Benn. [Price] a été solide. »

Il s’est notamment payé deux fois la tête de Bo Horvat lors du deuxième vingt, d’abord lors d’une descente à deux contre un, puis à la suite d’un revirement de Joel Armia. Price a aussi joué de chance quand Brock Boeser a atteint le poteau avec un peu plus de six minutes à faire à la rencontre.

Jordie Benn, avec son troisième de la saison, et Jonathan Drouin, avec son 13e, ont touché la cible pour le Canadien (22-14-5).

Drouin a ainsi égalé son total de buts de la dernière campagne. Il avait alors marqué 13 buts en 77 parties. Cette fois, il a atteint ce chiffre en seulement 41 rencontres.

Cette victoire a aussi assuré le Canadien d’atteindre la mi-saison en occupant une position qui lui permettrait de participer aux séries éliminatoires — si elles commençaient maintenant.

« Ça n’a pas été un match parfait, a reconnu Julien. Je pense que nous ressentions un peu de fatigue. […] Encore là, nous avons trouvé un moyen de gagner — de marquer des buts et de réussir des arrêts dans les moments importants. »

Pour leur part, les Canucks (20-20-4) ont encaissé un deuxième revers depuis le début d’un voyage de six parties (3-2-0). Jacob Markstrom a effectué 25 arrêts.

Markstrom, qui avait compilé un dossier de 8-1-0 en décembre, a d’abord été battu par Benn après 11 min 20 s de jeu en première période, alors qu’il avait la vue voilée. Il a ensuite cédé devant Drouin à 8 min 24 s du deuxième vingt, quand l’attaquant du Tricolore a opté pour un tir bas du côté du bouclier alors qu’il était en échappée partielle.

Les Canucks ont perdu les services de la recrue Elias Pettersson en deuxième période. Pettersson, qui domine les recrues du circuit avec 42 points cette saison, s’est visiblement blessé à la jambe droite lors d’une chute alors qu’il était aux prises avec Jesperi Kotkaniemi.

Outre Price, Armia effectuait aussi un retour au jeu pour le Canadien. L’ailier finlandais s’était blessé à un genou le 6 novembre face aux Rangers de New York. Il a donc raté 25 matchs.

Pour faire une place à Armia dans sa formation, le Canadien a inscrit le nom d’Andrew Shaw sur la liste des blessés. L’entraîneur-chef Claude Julien avait indiqué plus tôt dans la journée que Shaw avait subi une blessure au cou le 31 décembre face aux Stars de Dallas.

Shaw, qui a été embêté par des symptômes de commotion cérébrale par le passé, aurait des maux de tête, mais les médecins n’auraient pas confirmé qu’il a subi une autre commotion cérébrale. Par mesure préventive, ils ont néanmoins décidé de suivre le protocole en cas de commotion cérébrale.

Le Canadien sera de retour en action samedi, quand il accueillera les Predators de Nashville.

Les cinq moments marquants du match

1. Pettersson en spectacle Elias Pettersson s’est présenté au Centre Bell au sommet de la colonne des pointeurs parmi les recrues de la LNH avec 42 points, soit 17 de plus que le suivant, le centre des Sénateurs d’Ottawa Colin White. Pettersson a rapidement fait honneur à sa réputation, créant la première occasion de marquer des Canucks après un peu plus de trois minutes de jeu. Pettersson a coupé une passe latérale de Jordie Benn à la ligne bleue des visiteurs et s’est échappé. Le Suédois âgé de 20 ans est parvenu à déjouer le gardien Carey Price grâce à une belle feinte, mais il a raté la cible puisque Benn lui a donné un coup de bâton au moment où il tirait.

2. Benn aime la cuisine finlandaise Jordie Benn a ouvert la marque après 11 min 50 s de jeu, profitant du travail du trio finlandais du Tricolore composé d’Artturi Lehkonen, Jesperi Kotkaniemi et Joel Armia. Armia, qui était de retour au jeu après avoir raté 25 rencontres en raison d’une blessure à un genou, a gagné sa bataille derrière le filet des Canucks et Kotkaniemi a ensuite remis à Benn, qui s’avançait dans l’enclave. Benn a déjoué Jacob Markstrom grâce à un tir précis du côté de la mitaine, alors que Lehkonen voilait la vue du gardien.

3. Pettersson tombe au combat La soirée des Canucks s’est compliquée quand Elias Pettersson a dû retraiter au vestiaire après 5 min 44 s de jeu en deuxième période. Pettersson était dans une bataille avec Jesperi Kotkaniemi derrière le filet des Canucks. Quand la rondelle a quitté le territoire, Kotkaniemi a accroché son rival par-derrière et les deux sont tombés en tournant sur eux-mêmes. La jambe droite de Pettersson est demeurée coincée sous son poids, créant une torsion peu naturelle. Pettersson est resté étendu sur la patinoire pendant un bon moment et il n’est pas revenu au jeu en raison de ce que les Canucks ont qualifié de blessure au bas du corps. « Je suis allé m’excuser, a commenté Kotkaniemi après le match. Vous ne voulez jamais que quelque chose comme ça se produise. C’était un accident. »

4. Les hauts et les bas d’Armia Sur la même séquence avec environ six minutes à faire en deuxième période, Joel Armia a mis la table pour Artturi Lehkonen, qui s’est heurté au gardien Jacob Markstrom, avant de commettre un revirement à sa ligne bleue à la suite d’une bête chute. Brandon Sutter en a profité pour rejoindre Sven Baertschi sur une passe latérale, mais Carey Price a réussi un arrêt spectaculaire en levant à temps sa mitaine. Price est venu à la rescousse d’Armia pour une deuxième fois avec 2 min 44 s à faire à la période. Armia a tenté une passe dangereuse dans l’enclave que Bo Horvat a interceptée. Fin seul à quelques mètres de Price, Horvat a tenté de le battre du côté de la mitaine, mais le gardien a encore une fois eu le dessus.

5. De l’indiscipline tardive, mais pas de dégâts Les Canucks ont obtenu deux avantages numériques en deuxième moitié de troisième vingt. Michael Chaput a été puni pour un coup de bâton, puis le CH a eu trop d’hommes sur la glace. Vancouver a échoué chaque fois, pour un rendement global de 0 en 5 à ce chapitre, pendant le match. Carey Price a signé un 42e jeu blanc, procurant au Canadien un cinquième gain en six rencontres. Une belle façon d’entamer un séjour de trois matchs au Centre Bell.