Le Canada écrase la République tchèque 5-1 au Championnat mondial de hockey junior

Jared McIsaac et Maxime Comtois célèbrent après avoir marqué un but en première période contre l'équipe tchèque.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Jared McIsaac et Maxime Comtois célèbrent après avoir marqué un but en première période contre l'équipe tchèque.

Un peu d’adversité a aidé quelques jeunes joueurs canadiens à atteindre un niveau supérieur au Championnat mondial de hockey junior, a affirmé l’entraîneur-chef de l’équipe.

Tim Hunter avait laissé de côté Alexis Lafrenière et Joe Veleno durant l’entièreté de la troisième période lors du duel opposant le Canada à la Suisse, jeudi. Pour l’entraîneur, les deux attaquants n’étaient pas à la hauteur.

Lafrenière a répondu en inscrivant un but important en première période dans la victoire de 5-1 du Canada face à la République tchèque, samedi. Veleno a récolté une mention d’aide sur le quatrième but pour permettre à la formation canadienne de demeurer invaincue après trois rencontres.

« Lorsque les gars font face à des défis et qu’on leur parle directement… ils comprennent le processus », a affirmé Hunter après la victoire.

« Pour la première fois de leur carrière [Veleno et Lafrenière] ont fait face à quelques embûches et nous leur avons retiré du temps de glace. Ça ne leur était jamais arrivé auparavant. Alors je comprends, mais dans ces moments-là, nous devons communiquer avec eux pour leur expliquer le processus. »

Lafrenière en a mis plein la vue depuis son arrivée dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), où il joue avec l’Océanic de Rimouski. À sa deuxième saison, il a récolté 17 buts et 37 mentions d’aide en 31 matchs.

L’attaquant de six pieds et un pouce, 192 livres, est resté fidèle à son identité jusqu’à présent dans le tournoi, mais n’a pas été suffisamment constant, a stipulé Hunter.

« Et c’est typique. Il a seulement 17 ans, a-t-il rétorqué. Je ne m’attends pas à ce qu’il soit parfait, mais lorsqu’il n’est pas parfait, il ne jouera pas autant. Et il comprend ça. »

Lafrenière, le neuvième plus jeune joueur à s’aligner avec la formation canadienne dans l’histoire du tournoi, était d’accord avec les critiques de son entraîneur.

« Je dois m’améliorer sur le plan défensif, lorsque je n’ai pas la rondelle. Il a raison. Je dois m’améliorer et c’est ce que j’ai tenté de faire ce soir », a-t-il admis, ajoutant que le but qu’il a marqué lui a retiré beaucoup de poids sur les épaules.

Morgan Frost, un but et une aide, Maxime Comtois, Brett Leason et MacKenzie Entwistle ont également fait bouger les cordages du côté du Canada (3-0-0), qui tente de défendre son titre.

Ondrej Machala a été l’auteur du seul but des Tchèques (0-1-2), qui ont terminé au quatrième rang l’an dernier après avoir encaissé un revers de 7-2 en demi-finale, face au Canada.

L’espoir des Canucks de Vancouver, Michael DiPietro, a repoussé 23 des 24 lancers dirigés vers lui pour la formation canadienne, dont un arrêt de la mitaine en désavantage numérique, à mi-chemin en deuxième période.

Le gardien de but trouve que son équipe s’améliore au fur et à mesure que le tournoi avance.

« Nous n’inscrivons pas 14 buts, mais nous sommes plus solides dans les petits détails, a-t-il affirmé, en faisant référence à la première victoire du Canada, 14-0 face au Danemark. Je crois que c’est simplement de la façon dont nous jouons, nous sommes fidèles à notre identité et le reste vient naturellement. »

Jiri Patera a pour sa part réalisé 16 arrêts avant d’être remplacé par Jakub Skarek en début de troisième période. Ce dernier a concédé un but en 10 tirs.

Le Canada a ouvert la marque à la sixième minute de jeu en première période après que Comtois eut déjoué le gardien adverse d’un tir rapide, qui a dévié dans le dos de l’attaquant tchèque Martin Kaut.

Les Tchèques n’ont cependant pas mis de temps avant de répliquer. Sur le jeu suivant la célébration du Canada, Jan Jenick a effectué une superbe passe en direction de Machala, qui a décoché un puissant tir pour battre DiPietro.

Après avoir connu quelques difficultés avec les unités spéciales — un but en huit occasions en avantage numérique après deux matchs — Leason a conjuré le mauvais sort, déviant le tir de la pointe de Ty Smith entre les jambières de Patera pour faire 2-1, alors que Kaut se trouvait au cachot.

Au second engagement, Entwistle a inscrit son troisième but en autant de matchs. Frost a ajouté un but d’assurance pour le Canada, capitalisant en supériorité numérique, au troisième tiers. Sur la séquence, Nick Suzuki a parfaitement servi son coéquipier, qui était posté à la gauche du gardien tchèque.

Le Canada se mesurera à la Russie lors de son dernier match de la phase préliminaire, lundi.