Jeux olympiques d'Athènes - Le toit du stade est enfin sur les rails

Un ouvrier arpentait hier l’immense structure qui coiffera le stade olympique d’Athènes.
Photo: Agence Reuters Un ouvrier arpentait hier l’immense structure qui coiffera le stade olympique d’Athènes.

Athènes — À seulement 95 jours de la cérémonie d'ouverture des Jeux d'Athènes, le glissement tant attendu de la première arche du toit du stade olympique, où doivent avoir lieu les épreuves d'athlétisme et les cérémonies d'ouverture et de clôture, a enfin commencé hier, coïncidant avec la dernière visite d'inspection du Comité international olympique (CIO).

«Aujourd'hui nous avons donné une réponse à tous ceux qui doutaient de la capacité de la Grèce à organiser des Jeux olympiques uniques. Nous allons le faire. Quand les Grecs se fixent un objectif, il l'atteignent», clamait triomphalement Fanny Palli-Petralia, la ministre-adjointe de la Culture chargée du dossier olympique en visitant le site avec des journalistes.

Le début de l'opération intervient moins d'une semaine après un attentat contre un commissariat d'Athènes, attribué à la mouvance terroriste grecque d'extrême gauche, qui n'a fait aucune victime, mais qui a ravivé les craintes sur la sécurité olympique.

La construction du toit, dessiné par le célèbre architecte espagnol Santiago Calatrava et destiné à recouvrir le stade olympique construit pour les Championnats du monde d'athlétisme de 1997, est depuis des mois un cauchemar pour les organisateurs en raison de l'accumulation des retards.



Question de prestige

Alors que le CIO jugeait que le toit n'était pas essentiel pour le bon déroulement des Jeux, les organisateurs grecs avaient fait de ce projet une question de prestige.

Selon certaines sources, les organisateurs ont même prévu que le toit joue un rôle important lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux le 13 août prochain.

Le glissement de l'arche ouest du stade, qui pèse plus de 9000 tonnes, sur des gigantesques rails de quelque 60 mètres de longueur a commencé vers 13h locales. Il doit se faire par avancées successives de deux mètres afin de permettre aux ingénieurs de faire les contrôles de sécurité nécessaires. L'opération pourrait durer moins de deux jours au total, a assuré Mme Palli-Petralia.

Les constructeurs ont subi de fortes pressions afin que les opérations soient commencées le plus rapidement possible.

Le CIO avait indiqué que le toit devait être impérativement terminé avant la fin juin, afin que les aménagements spécifiques aux Jeux se déroulent dans de bonnes conditions. Toutefois, certains aménagements comme la piste d'athlétisme ont déjà avancé. Mais le câblage du stade pour les télévisions reste la première priorité du CIO.

«Dans les temps»

Le calendrier récemment fixé pour les travaux, bien que serré, devrait pouvoir être respecté. Ainsi, Nikos Louridas, un des ingénieurs chargé de la supervision du chantier a affirmé que le toit serait terminé vers le 20 juin.

«Nous sommes dans les temps», a assuré Mme Palli-Petralia, même si initialement l'opération aurait dû commencer il y a un peu moins de deux semaines. Des travaux qui auraient dû commencer une fois le toit en place ont finalement été entrepris, comme notamment la pose de plaques de policarbonate, destinées à le recouvrir.

Le glissement de la seconde arche pourrait commencer une semaine ou dix jours après la première, selon une source proche des constructeurs qui a souligné que la seconde manoeuvre serait plus simple car les ouvriers disposeraient de plus d'espace pour l'effectuer.

Les journalistes ont été tenus à l'écart du début des opérations. En effet, le ministère de la Culture avait convoqué la presse à son siège afin de les emmener par autobus sur le site, mais le départ a été retardé et n'a finalement eu lieu qu'une fois les opérations entamées.