La famille de Maradona doit décider de son sort

Buenos Aires — L'ex-idole du football argentin Diego Maradona était maintenue sous sédatifs par les médecins de la clinique suisso-argentine de Buenos Aires, le temps que sa famille, toujours aussi divisée, décide de son sort, selon des sources contactées hier par l'AFP au sein de son entourage.

L'établissement hospitalier n'a pas publié de bulletin médical sur la santé de son illustre patient, pour la première fois depuis qu'il y est traité.

Selon ces mêmes sources, Maradona souffre d'une «arythmie ventriculaire sévère, d'une hypoglycémie [insuffisance de sucre dans le sang] et de graves troubles psychologiques». Le joueur, dont la dépendance à la cocaïne est ancienne, présente également les symptômes liés au sevrage de la drogue, ont-elles précisé. Actuellement, le patient est maintenu sous sédatifs, avec un masque à oxygène.

Selon la presse argentine, la clinique aurait décidé de le maintenir endormi parce qu'il avait fait un scandale la veille. Maradona souhaite rentrer à la luxueuse propriété de General Rodriguez, située à une cinquantaine de kilomètres de Buenos Aires, où il résidait avant d'être de nouveau hospitalisé mercredi.

Les médecins de la clinique suisso-argentine estiment que Maradona n'a pas à rester en soins intensifs, mais ils soulignent simultanément qu'il n'est pas possible de le laisser commettre les mêmes excès qu'après sa première sortie de l'hôpital. L'ex-numéro 10 doit aller, selon eux, dans un centre de réhabilitation.

Selon l'entourage du joueur, aucun membre de la famille n'a osé assumer la responsabilité d'envoyer Maradona dans un tel établissement contre sa volonté.

L'ex-femme de Maradona, Claudia Villafane, qui s'est toujours tenue à son chevet depuis son hospitalisation, n'a pas ce pouvoir, puisque le couple est divorcé. Leurs deux filles sont mineures (17 et 14 ans) et le propre père de Maradona, «don Diego», est de santé fragile (il vient lui-même d'être hospitalisé plusieurs jours).

De plus, il n'existe qu'une demi-douzaine d'établissements de ce type en Argentine et aucun ne semble prêt à accepter un patient comme Maradona.

La clinique a interdit au médecin personnel de Maradona, le Dr Alfredo Cahe, de le voir seul à seul. Il doit désormais être toujours accompagné d'un membre du personnel médical. Les médecins traitants ont demandé à Claudia Villafane que le Dr Cahe n'ait plus son mot à dire sur le traitement du joueur.