Mike Sherman aimerait utiliser trois quarts contre les Tiger-Cats

Victime d’une blessure dans le match préparatoire face au Rouge et Noir d’Ottawa, Matthew Shiltz sera de retour sur le terrain samedi, face aux Tiger-Cats de Hamilton.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Victime d’une blessure dans le match préparatoire face au Rouge et Noir d’Ottawa, Matthew Shiltz sera de retour sur le terrain samedi, face aux Tiger-Cats de Hamilton.

Mike Sherman aimerait avoir le loisir de donner du temps de jeu à trois quarts-arrières des Alouettes de Montréal au cours de leur dernière rencontre de la saison, face aux Tiger-Cats de Hamilton samedi.

Lors de l’entraînement de jeudi, c’est ce qu’a indiqué l’entraîneur-chef quand on lui a demandé qui allait être son partant pour cette rencontre.

« J’aime bien pouvoir dire que trois de nos quarts auront l’occasion de jouer ce week-end, a-t-il affirmé, détournant un peu la question, tout de même. Je ne veux pas me peinturer dans le coin : parfois, le match commence et les choses changent. Mais j’aime ce que je vois de nos trois quarts. Mon objectif n’est pas de faire jouer trois quarts, mais bien de gagner un match de football. Mais si on peut le faire en faisant jouer les trois quarts, ce serait super. »

Outre Johnny Manziel et Antonio Pipkin, le troisième à fouler le terrain du Tim Hortons Field serait donc Matthew Shiltz. Celui que plusieurs voyaient comme le successeur éventuel à Drew Willy (oui, la saison a été longue…) a plutôt été victime d’une blessure dans le match préparatoire face au Rouge et Noir d’Ottawa, si bien que plusieurs quarts sont passés devant lui dans l’organigramme des Alouettes.

Sherman croit-il que son développement a été ralenti ?

« Je ne dirais pas nécessairement que cette blessure lui coûtera à long terme, a-t-il nuancé. Depuis qu’il est rétabli, il n’a pas vraiment eu l’occasion de se battre contre les autres quarts pour du temps de jeu. Je vois beaucoup d’amélioration dans son jeu par rapport à ce qu’il a montré au camp. Il doit par contre demeurer en santé. Il est intelligent, il a un bon bras, c’est un bon meneur. Il y a plusieurs aspects positifs chez lui. »

Shiltz a eu une attitude exemplaire depuis qu’il s’est joint aux Alouettes. Utilisé dans une seule rencontre cette saison — en remplacement de Willy, le 21 juillet, face aux Stampeders de Calgary —, il n’a pas eu l’occasion de se faire valoir.

Les arrivées de Manziel et Pipkin par la suite l’ont relégué plus loin derrière.

Sherman ne s’en cache pas ; il a été surpris par le peu de temps dont disposent les clubs de la LCF pour faire l’évaluation de leurs joueurs avec seulement deux matchs préparatoires. Comme le circuit Ambrosie compte éliminer les mini-camps la saison prochaine, l’évaluation en vue de 2019 doit s’amorcer dès maintenant.

« Ce que j’ai rapidement appris de la LCF, c’est que le camp d’entraînement est très court et, par conséquent, le processus d’évaluation. Nous ne pouvons pas attendre au prochain camp pour évaluer certaines positions, notamment au poste de quart, où nous avons tellement de candidats, nous devons commencer dès maintenant. »

Il souhaite maintenant voir son club poursuivre sur sa lancée des dernières semaines afin de justement amorcer cette prochaine campagne en ayant des résultats positifs en tête.

« Quand je regarde les deux derniers matchs que nous avons joués, même les trois derniers, nous avons gagné la semaine dernière et avions une chance de le faire les deux autres sur le dernier jeu du match. Un match, nous avons très bien joué en attaque, l’autre en défense, et finalement, la semaine dernière, les trois phases de jeu étaient au rendez-vous. C’est certain qu’on veut gagner ce prochain match, afin que ça nous serve de tremplin pour la prochaine campagne. »

« C’est certain que c’est encourageant, a renchéri le joueur de ligne offensive Kristian Matte au sujet des dernières rencontres. De l’intérieur, on voit ce qu’on a. C’est sûr qu’on peut regarder notre fiche et dire que ce n’est pas bon. Mais on a des joueurs de talent. C’est certain qu’il nous manque quelques petits morceaux, mais il y a une base qui a été formée. […] C’est positif. On est en train de bâtir quelque chose. On n’est pas certains où on est rendus, mais on bâtit pour le futur. »

Après cette dernière rencontre, samedi à 19 h, les joueurs des Alouettes videront leur casier du Stade olympique. La direction du club devrait faire son bilan en début de semaine prochaine.


Les Alouettes décident de modifier leur grille tarifaire pour la saison 2019

Les insuccès des Alouettes de Montréal sur le terrain ont eu des répercussions sur les assistances au stade Percival-Molson cette saison et l’équipe a décidé de modifier sa grille tarifaire pour 2019.

Ainsi, le prix moyen d’un billet individuel passera de 84 $ à 75 $ et la capacité maximale du stade sera réduite à 20 025 places — au lieu des 23 420 actuelles. Le communiqué du club montréalais précise aussi que 9000 places, soit presque la moitié des sièges, seront disponibles au prix de 59 $ ou moins.

De plus, plusieurs détenteurs d’abonnements saisonniers se verront offrir l’option de migrer vers le centre du terrain, et ce, au même prix que leurs sièges actuels.

L’équipe, qui a gagné seulement deux de ses neuf matchs à domicile, a maintenu une moyenne d’assistance de 17 332 spectateurs, soit 6498 de moins que la moyenne de la ligue. Elle n’a pas disputé un match local à guichets fermés depuis la saison 2009 et les foules n’ont cessé de diminuer depuis 2015.

Les Alouettes n’ont pas participé aux éliminatoires depuis la saison 2014, lorsqu’ils avaient compilé un palmarès de 9-9. Ils présentent une fiche perdante depuis ce temps. L’équipe, dont la fiche cette saison est de 4-13, disputera sa dernière rencontre face aux Tiger-Cats à Hamilton samedi.

En 2009-2010, la capacité totale du stade installé sur le campus de l’Université McGill avait été augmentée de 20 202 à 25 012 spectateurs à la suite d’un projet d’agrandissement et de rénovation de 29,4 millions de dollars. Le club avait ensuite décidé en 2014 de retirer 1000 places afin de créer une zone d’animation pour les partisans.