Une autre victoire pour Lewis Hamilton à Singapour

Même s’il se disait «vidé», Lewis Hamilton avait néanmoins le cœur à la fête après sa victoire au Grand Prix de Formule 1 de Singapour.
Photo: Roslan Rahman Agence France-Presse Même s’il se disait «vidé», Lewis Hamilton avait néanmoins le cœur à la fête après sa victoire au Grand Prix de Formule 1 de Singapour.

Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Singapour, dimanche, augmentant ainsi son avance devant Sebastian Vettel à 40 points, au classement des pilotes.

Détenteur de la position de tête, le pilote Mercedes a connu un bon départ, sur une piste où il est ardu de dépasser. Il n’a pas été très menacé, éclipsant la Red Bull de Max Verstappen par près de neuf secondes.

Troisième, Vettel a eu près de 40 secondes de retard.

Verstappen et Vettel avaient les mêmes positions au départ.

Quadruple champion de la F1, Hamilton en est à sept victoires cette année et à 69 en carrière. Il a remporté quatre des cinq dernières courses, seule celle en Belgique lui échappant pendant cette période.

En 2017, les efforts de Vettel pour rattraper Hamilton au classement ont déraillé à Singapour, où il a subi une collision dans une course où il partait premier. Le titre est allé au Britannique, par 46 points.

Il semble se dessiner un peu le même scénario cette année, avec six courses au calendrier. Vettel a lui aussi été couronné quatre fois.

Déjà mécontent la veille, l’Allemand a paru irrité, dimanche, suite à l’échec d’une stratégie où on l’a appelé aux puits avant Hamilton, au 14e des 61 tours. Il a plutôt perdu du terrain et donc des points, se voyant derrière Verstappen, qu’il avait dépassé.

« De toute évidence, ça n’a pas fonctionné, a dit Vettel. Je pense que, de la façon dont la course s’est déroulée, nous n’avions pas vraiment de chance. Nous n’avons pas tiré le maximum de ce que nous avions. »

Hamilton a soutiré 25 points, une dizaine de plus que Vettel.

« Je ne m’attendais pas à un écart comme ça pour la journée, mais on ne doit rien tenir pour acquis », a dit Hamilton.

Le mercure était aux environs de 30 degrés Celsius, avec une humidité intense.

« Je suis vidé », a résumé Hamilton, après la course.

Les rangs quatre à six ont aussi été les mêmes que sur la grille : Valtteri Bottas (Mercedes), Kimi Raikkonen (Ferrari) et Daniel Ricciardo (Red Bull).

Partant 20e et dernier, le Québécois Lance Stroll a su mériter la 14e place avec sa Williams.

« Compte tenu de la vitesse que nous avions ce week-end, c’était vraiment une bonne course, a dit Stroll. J’en suis très content. J’ai tenté de tout soutirer de la voiture à chaque tour. »

Williams a optimisé un arrêt aux puits au 40e tour, pour des pneus ultra-tendres.

Fernando Alonso, de McLaren, s’est hissé de la 11e à la septième position.

La prochaine course sera le Grand Prix de la Russie, le 30 septembre. Vettel doit y faire la loi pour avoir des chances réalistes de rattraper Hamilton.