Égalité hommes-femmes des primes sur le circuit mondial de surf

L’Australienne Stephanie Gilmore a qualifié cette décision d'«incroyable».
Photo: Tom Servais Agence France-Presse L’Australienne Stephanie Gilmore a qualifié cette décision d'«incroyable».

La World Surf League (WSL), organisatrice du circuit professionnel mondial de surf, a décidé mercredi d’instituer l’égalité des primes de résultats entre hommes et femmes à partir de 2019.

« Cette décision est simplement la bonne décision à prendre […] Nous voulons être en première ligne pour pousser à l’égalité dans tous les domaines de la vie », a expliqué la directrice générale de la WSL, Sophie Goldschmidt.

La WSL se présente comme la première ligue professionnelle établie aux États-Unis à promouvoir l’égalité salariale entre ses sportifs et sportives.

La décision a été saluée par la star de la discipline, l’Américain Kelly Slater, sacré onze fois champion du monde : « Les surfeuses du circuit mondial méritent cette réforme, je suis si fier que le surf ait choisi de donner l’exemple dans le sport pour l’égalité et la justice. »

L’Australienne Stephanie Gilmore, sextuple championne du monde de la discipline, qui fera ses débuts olympiques en 2020 à Tokyo, a qualifié cette décision d’« incroyable ».

« L’argent, c’est fantastique, mais le message qu’il véhicule est encore plus fort […] J’espère que cela va servir de modèle à d’autres sports, fédérations internationales et à toute la société », a-t-elle noté.

En 2018, la dotation globale du circuit masculin de surf était de 607 800 $US, avec 36 surfeurs en lice, et de 303 900 pour le circuit féminin, avec 18 sportives admises.