Del Potro à pas de géant

Pour une place en finale, Del Potro affrontera le no 1 mondial et vainqueur sortant, Rafael Nadal, ou l’Autrichien Dominic Thiem, no 9 mondial.
Photo: Elsa Getty Images Agence France-Presse Pour une place en finale, Del Potro affrontera le no 1 mondial et vainqueur sortant, Rafael Nadal, ou l’Autrichien Dominic Thiem, no 9 mondial.

Le no 3 mondial, Juan Martin Del Potro, déjà demi-finaliste il y a un an, est le premier qualifié pour le dernier carré de l’US Open, mardi à New York, où la lauréate sortante Sloane Stephens a flanché en quarts de finale.

Sans faire de bruit — au contraire de son groupe d’amis d’enfance, venus spécialement de Tandil, sa ville natale en Argentine, qui dispense ses encouragements sonores et chantés à chacun de ses matchs — Del Potro a rallié les demi-finales en maîtrisant le géant américain John Isner (2,08 m) en quatre sets (6-7 (5/7), 6-3, 7-6 (7/4), 6-2).

Contre Isner, « Delpo » a certes laissé échapper son premier set de la quinzaine. Mais il a parfaitement surmonté la frustration de l’avoir perdu sans même avoir concédé la moindre balle de break, au jeu décisif. Une fois parvenu à s’emparer de l’engagement de son adversaire en début de deuxième manche (3-1), il a solidement pris les commandes de la partie.

Fort du meilleur classement de sa carrière — no 3 mondial — et laissé en paix par ses poignets qui l’ont tant fait souffrir, le grand Argentin (1,98 m) s’affirme, à 29 ans, comme un prétendant de plus en plus sérieux au titre au fil du tournoi new-yorkais. C’est à Flushing Meadows qu’il a soulevé son unique trophée en Grand Chelem, en 2009.

Pour une place en finale, Del Potro affrontera le no 1 mondial et vainqueur sortant, Rafael Nadal, ou l’Autrichien Dominic Thiem, no 9 mondial. C’est le premier qui l’a stoppé dans trois des quatre dernières levées du Grand Chelem, en demi-finale de l’US Open il y a un an et de Roland-Garros début juin, puis en quarts de finale de Wimbledon début juillet.

« J’espère que je serai un peu plus à l’aise sur dur, mais je n’en suis pas sûr… » : avant son premier face-à-face sur surface rapide avec Nadal, qui sort de deux combats éprouvants — presque huit heures de match en deux tours — Dominic Thiem reste prudent.

S’il fait partie des rares joueurs à avoir fait mordre la poussière à « Rafa » sur terre battue — à trois reprises même —, l’Autrichien de 25 ans sait aussi combien l’expérience peut s’avérer douloureuse.

Jusque-là, Thiem et Nadal se sont affrontés à dix reprises, toutes sur ocre. « Trois très belles expériences et sept horribles », a souri le no 9 mondial.

En finale de Roland-Garros début juin, sur sa terre chérie, le Majorquin de 32 ans ne l’avait pas laissé respirer (6-4, 6-3, 6-2).

Chez les femmes

La reine a été détrônée. Stephens, sacrée à Flushing Meadows il y a un an, a chuté 6-2, 6-3 face à la 18e joueuse mondiale, Anastasija Sevastova. La Lettonne s’est mieux accommodée d’une nouvelle journée de chaleur accablante à New York que l’Américaine, affaiblie par une sinusite.

« Mentalement, physiquement, je n’y étais pas. C’était une journée vraiment difficile. Et la chaleur n’a rien arrangé », a expliqué la no 3 mondiale.

« C’était un match très physique, c’était difficile de jouer, il fait tellement chaud dans le stade », a confirmé Sevastova, déjà tombeuse au tour précédent de la no 7 mondiale, l’Ukrainienne Elina Svitolina.

Battue au même stade du tournoi new-yorkais par Stephens il y a un an, la joueuse balte a fait d’une pierre deux coups : elle a pris sa revanche et, à 28 ans, s’est qualifiée pour sa première demi-finale en Grand Chelem. Jusque-là, elle avait plafonné en quarts de finale deux fois, toutes à l’US Open (2016 et 2017).

Après l’élimination de Stephens, plus aucune joueuse du top 5 n’est en course à Flushing Meadows. Les quatre autres avaient disparu du tableau au mieux au troisième tour.

Évanouie aussi la perspective d’une demi-finale 100 % « made in USA » : pour une place en finale, Sevastova défiera l’Américaine aux vingt-trois couronnes en Grand Chelem, Serena Williams.

Williams, en quête d’un 24e trophée en Grand Chelem, s’est qualifiée pour les demi-finales de l’US Open en dominant la no 8 mondiale, la Tchèque Karolina Pliskova, en deux sets 6-4, 6-3, mardi à New York. De retour à Flushing Meadows un an après avoir donné naissance à sa fille, Olympia, la cadette des soeurs Williams (36 ans) n’est plus qu’à deux victoires d’une 24e couronne en Grand Chelem, qui lui permettrait d’égaler le record absolu de Margaret Court.