Federer se liquéfie à Flushing Meadows

Désillusion majuscule pour Roger Federer : contre toute attente, le Suisse a craqué face au 55e joueur mondial, l’Australien John Millman, en huitièmes de finale des Internationaux des États-Unis, lundi à New York. Le blockbuster anticipé contre Novak Djokovic n’aura pas lieu.

Après plus de 3 h 30 de combat sous les lumières du court Arthur-Ashe, Federer a rendu les armes en quatre manches (3-6, 7-5, 7-6 (9/7), 7-6 (7/3)), non sans s’être procuré deux balles de deux manches à zéro, puis une balle de deux manches à une.

Ce dérapage incontrôlé intervient moins de deux mois après qu’il a déjà trébuché en quarts de finale sur son gazon chéri de Wimbledon, face au no 5 mondial, le Sud-Africain Kevin Anderson. Et pose inévitablement question sur sa capacité à continuer à défier le temps qui passe — il a fêté ses 37 ans le 8 août — et à pouvoir prétendre aux trophées les plus prestigieux.

Le Suisse aux vingt couronnes en Grand Chelem, qui avait rallié les huitièmes de finale sans perdre une manche, s’est lui-même compliqué la vie.

Malgré un service défaillant (45 % de premières balles dans la 1re manche, 31 % dans la 2e), la tournure des événements souriait à Federer jusqu’à ce qu’il mène 5-4, 40-15 dans la deuxième manche. C’est au moment où il était sur le point d’asseoir son avance que les choses ont déraillé. Symbole de ses difficultés du jour au service, c’est sur une double faute qu’il a permis à Millman d’égaliser à 5 points. Deux jeux plus tard, l’Australien de 29 ans — nouveau venu à ce stade de la compétition en Grand Chelem — convertissait sa première balle de set et embarquait l’ex-no1 mondial dans un match piège.

Millman incrédule

Dans la troisième manche, malgré des fautes directes par dizaines (77 au total !), s’est de nouveau placé en position favorable (3-1) et a même obtenu une balle de manche, à 6 points à 5. Mais c’est Millman qui a viré en tête.

Le scénario s’est répété une dernière fois dans la quatrième manche : le Suisse a mené 4 jeux à 2 mais n’a pu empêcher son adversaire de revenir pour s’imposer au bris d’égalité (7-3).

« J’ai de la peine à y croire, a soufflé l’Australien, incrédule. J’ai tellement de respect pour Roger et tout ce qu’il a fait pour le jeu… C’est un de mes héros, il n’était pas à son meilleur niveau aujourd’hui, mais je prends. »

Le rêve de Federer de mettre fin à dix ans de disette à New York envolé, c’est Millman qui se mesurera à Djokovic pour une place dans le dernier carré.

Dans l’après-midi, le Serbe de 31 ans a lui tenu son rang.

Dans la chaleur humide revenue taper sur les courts new-yorkais, ce qui a conduit les organisateurs à réactiver la mesure permettant aux joueurs de bénéficier d’une pause de dix minutes après la troisième manche, Djoko a écarté le Portugais Joao Sousa (68e) en deux heures pile (6-3, 6-4, 6-3).

S’il a souffert de la canicule new-yorkaise, le Serbe de 31 ans est plongé dans un bain de jouvence depuis son sacre de la renaissance à Wimbledon mi-juillet, venu refermer deux ans de vicissitudes entre coude douloureux et tête en vrac.

Déjà vu

Une réédition de la finale 2014 : c’est ce que vivront le no 7 mondial Marin Cilic et Kei Nishikori (19e), à l’arrêt six mois en fin d’année dernière en raison d’un poignet droit récalcitrant. Le premier a écarté le Belge David Goffin (10e) 7-6 (8/6), 6-2, 6-4. Le deuxième s’est lui défait 6-3, 6-2, 7-5 de l’Allemand Philipp Kolhschreiber (34e), tombeur du no4 mondial Alexander Zverev au tour précédent.

Il y a quatre ans, le Croate n’avait fait qu’une bouchée du Japonais en finale (6-3, 6-3, 6-3).

Dans le tableau féminin, le rebondissement est venu de l’élimination de la Russe Maria Sharapova (22e), 6-4, 6-3 par l’Espagnole Carla Suarez Navarro (24e).

Depuis son retour de quinze mois de suspension pour dopage au printemps 2017, l’ex-no1 mondiale, victorieuse de cinq trophées en Grand Chelem, n’a plus dépassé les quarts de finale en tournoi majeur. Son dernier sacre remonte à 2014, à Roland-Garros.

Suarez Navarro ne pouvait s’offrir plus beau cadeau pour fêter le jour même son trentième anniversaire.

Les Américaines ne répéteront pas le scénario du dernier carré « 100 % made in USA » de l’année dernière, mais trois d’entre elles sont en quarts de finale. Madison Keys (14e), finaliste sortante, y a rejoint Serena Williams (26e) et la tenante du trophée et no 3 mondiale, Sloane Stephens.