Djokovic file en quarts de finale aux Internationaux des États-Unis

Novak Djokovic, qui a été incommodé par la chaleur, renvoie la balle au Portugais Joao Sousa.
Photo: Matthew Stockman Agence France-Presse Novak Djokovic, qui a été incommodé par la chaleur, renvoie la balle au Portugais Joao Sousa.

Le scénario de rêve pourrait se concrétiser : Novak Djokovic victorieux, ne manque plus qu’un succès de Roger Federer pour que le quart de finale aux allures hollywoodiennes se concrétise aux Internationaux des États-Unis, à New York.

Des deux rôles principaux, le premier a rempli sa part du contrat.

Sous la chaleur — et son habituel lot d’humidité — revenue taper sur les courts new-yorkais, Djokovic a écarté le Portugais Joao Sousa (68e) en deux heures pile (6-3, 6-4, 6-3). « Djoko » a néanmoins été inquiété en début de troisième manche, quand il a semblé victime d’un coup de chaleur. Mais après avoir quitté le court Arthur-Ashe quelques minutes accompagné d’un médecin, à 2 jeux à 1, le Serbe de 31 ans avait suffisamment repris ses esprits pour terminer sans davantage d’encombres.

« Je suis très content d’avoir gagné en trois manches, c’était beaucoup plus difficile que le score ne l’indique et les conditions étaient difficiles », a confirmé l’ex-numéro 1 mondial.

Au moment d’écrire ces lignes, Federer ne s’était pas encore mesuré à l’Australien John Millman (55e).

Djokovic était-il devant son écran lundi soir ? Le protégé de Marian Vajda a laissé planer le doute dans la journée : « Ma priorité, ce sera de mettre mes enfants au lit, et si j’ai le temps, bien sûr que je jetterai un oeil », a-t-il répondu.

Une affiche Federer-Djokovic promet des étincelles.

À Flushing Meadows, le Suisse aux vingt couronnes en Grand Chelem n’avait pas encore perdu la moindre manche, malgré des premiers tours pièges (Paire au 2e, Kyrgios au 3e). Sacré sans discontinuer entre 2004 et 2008 à New York, le joueur de 37 ans cherche à mettre fin à dix ans de disette.

S’il a souffert de la touffeur new-yorkaise en début de quinzaine, le Serbe est lui plongé dans un bain de jouvence depuis son sacre de la renaissance à Wimbledon mi-juillet, venu refermer deux ans de vicissitudes, entre coude douloureux et tête en vrac.

Le dernier de leurs 46 face-à-face (24-22 pour Djokovic) est tout frais : à une semaine de l’US Open, « Djoko » n’avait laissé aucune chance à un Federer rouillé en finale à Cincinnati. Il était au passage devenu le premier joueur de l’histoire à compléter sa collection de trophées en Masters 1000.

En Grand Chelem, les deux joueurs ne se sont plus rencontrés depuis 2007 — autant dire une éternité —, en huitièmes de finale aux Internationaux d’Australie (victoire de Federer).

Les Américaines victorieuses

Dans le tableau féminin, ce sont les Américaines qui jouent les premiers rôles.

Elles ne répéteront pas le scénario du dernier carré « 100 % made in USA » de l’année dernière, mais trois d’entre elles sont au rendez-vous des quarts de finale. Serena Williams, en quête d’une 24e couronne en Grand Chelem qui lui permettrait d’égaler le record absolu de Margaret Court, et la tenante du trophée et no 3 mondiale Sloane Stephens, unique joueuse du top 5 encore en course en deuxième semaine, ont obtenu leur billet dès dimanche.

Madison Keys (14e) les a rejointes vingt-quatre heures plus tard : la finaliste sortante a écarté sans difficulté (6-1, 6-3) la Slovaque Dominika Cibulkova (35e).

   

La Russe Maria Sharapova va tenter de les imiter en soirée. L’ex-numéro 1 mondiale aujourd’hui 22e est opposée à l’Espagnole Carla Suarez Navarro (24e).