Le curieux incident de l’arbitre qui voulait aider Nick Kyrgios

Nick Kyrgios a déjà été suspendu par l’ATP pour un manque d’effort dans une rencontre.
Photo: Steven Ryan Getty Images / AFP Nick Kyrgios a déjà été suspendu par l’ATP pour un manque d’effort dans une rencontre.

Nick Kyrgios a défait le Français Pierre-Hugues Herbert 4-6, 7-6 (6), 6-3, 6-0 dans un match ponctué d’un moment étrange, quand l’arbitre Mohamed Lahyani est descendu de sa chaise pour parler à Kyrgios.

L’Australien ne semblait pas réagir sur certains services de son rival, frappait des balles dans le filet sans trop d’effort et accumulait les doubles fautes sans en faire un plat. La foule a commencé à le huer et Lahyani a décidé d’intervenir, lui disant même: «je veux t’aider».

Kyrgios, qui a déjà été suspendu par l’ATP pour un manque d’effort dans une rencontre, accusait un retard de 0-3 en deuxième manche à ce moment et il a été en mesure de renverser la vapeur.

«Ce n’était pas à lui de faire ça, a dit Herbert au sujet de Lahyani, ajoutant qu’il devrait être sanctionné. Il n’est pas l’entraîneur, il est l’arbitre et il devait rester sur sa chaise.»

L’arbitre en chef du tournoi a affirmé qu’il allait réviser l’incident, tout comme le bureau des Grands Chelems. Les arbitres ne sont jamais rendus disponibles aux médias, mais l’arbitre Brian Earley a affirmé que Lahyani a expliqué la situation en disant qu’il était descendu de sa chaise pour «s’assurer qu’il puisse communiquer efficacement» avec Kyrgios malgré le bruit dans le stade.

Selon Earley, Lahyani voulait savoir si Kyrgios avait besoin de l’aide d’un médecin et l’avertir qu’il allait devoir «passer à l’action» si son «manque d’intérêt pour le match continuait» à se faire ressentir.

Durant une conférence de presse parfois tendue, Kyrgios a éclaté de rire quand il a été suggéré qu’il avait reçu un discours de motivation et des consignes de la part de Lahyani.

«Il m’a dit qu’il m’aimait bien. Je ne sais pas si c’était des encouragements. Il m’a dit que je n’avais pas l’air de bien me sentir, a ajouté Kyrgios au sujet de son échange avec Lahyani. Écoutez, je ne me sentais pas bien. Je sais que ce que je faisais sur le terrain n’était pas bon. »

Après sa victoire, Federer a été appelé à commenter le dossier et a critiqué Lahyani pour avoir parlé aussi longtemps à Kyrgios et d’aussi près. Habituellement, l’arbitre va se pencher sur sa chaise pour discuter avec les joueurs entre les jeux impairs.

«Je ne sais pas ce qu’il a dit et je me fous de ce qu’il a dit, a affirmé Federer. Ce n’était pas seulement une question de savoir comment il se sentait. Il aurait dû rester sur sa chaise. Il est resté en bas trop longtemps. C’est une conversation et une conversation peut changer votre état d’esprit. Ça peut être avec un physio, un médecin et même un arbitre. C’est pour cette raison que ça ne se passera plus jamais. Je pense que tout le monde en est conscient.»