Où est Johnny?

Johnny Manziel est ennuyé par une commotion cérébrale à la suite du choc à la tête encaissé dans la défaite de 24-17 aux mains du Rouge et Noir d’Ottawa il y a deux semaines.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Johnny Manziel est ennuyé par une commotion cérébrale à la suite du choc à la tête encaissé dans la défaite de 24-17 aux mains du Rouge et Noir d’Ottawa il y a deux semaines.

Johnny Manziel n’a pas pris part à l’entraînement des Alouettes de Montréal, mercredi, malgré les souhaits exprimés la veille par l’entraîneur-chef du club, Mike Sherman.
 

Le quart-arrière, ennuyé par une commotion cérébrale à la suite du choc à la tête encaissé dans la défaite de 24-17 aux mains du Rouge et Noir d’Ottawa il y a deux semaines, s’est entraîné en solitaire, à l’intérieur du Stade olympique, pendant que ses coéquipiers foulaient le terrain extérieur du complexe.

« Chaque jour il progresse, que ce soit sur le plan de la sensibilité à la lumière, de son travail avec le ballon ou des exercices aérobiques auxquels il se soumet, a noté Sherman. Je mentirais si je vous disais que je sais exactement où il en est, mais il fait ce que les médecins lui disent de faire en vertu du protocole [de commotions cérébrales]. Quand sera-t-il en mesure de prendre part à l’exercice régulier ? J’espère que ce sera dès [jeudi], mais nous verrons. »

Sherman n’était pas en mesure de préciser quels symptômes ennuyaient toujours son quart no 1.

« Je ne sais pas. Je ne veux pas m’embarquer là-dedans. Ils me disent qu’ils suivent le protocole. Quant à moi, j’ai quitté la Faculté de médecine après ma troisième année, a-t-il dit à la blague. Je lui demande comment il va chaque jour et il me répond qu’il va mieux. Je lui ai envoyé un texto [mardi] soir pour lui demander comment il se sentait. Il m’a dit qu’il était en excellente forme. Chaque jour, il y a du progrès. Souhaitons qu’il y en aura suffisamment pour qu’il se joigne à nous [jeudi]. »

« Je sais que vous croyez que je suis “belichickien” avec vous, mais je ne fais que vous dire ce que je sais », a-t-il ajouté en référence à l’entraîneur-chef des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Bill Belichick, qui est toujours très avare de commentaires quand vient le temps de discuter des blessures de ses joueurs. « Je vous dis ce qu’ils me disent en lien avec son état de santé. Ils me disent qu’il n’est pas disponible, alors il ne l’est pas. »

C’est pourquoi Antonio Pipkin prenait toujours les répétitions au sein de la première unité à l’attaque et que c’est lui qui amorcera le match de vendredi face aux Argonauts de Toronto. Il sera secondé de Matthew Schiltz et d’Austin Apodaca.

Je lui ai envoyé un texto [mardi] soir pour lui demander comment il se sentait. Il m’a dit qu’il était en excellente forme. Chaque jour, il y a du progrès.

 

Sherman avait par contre de bonnes nouvelles dans le cas de Stefan Logan. Après John Bowman la veille, c’était au tour du demi-offensif et spécialiste des retours de bottés d’être de retour à l’entraînement.

Logan était absent depuis le 6 juillet, soit depuis qu’il a subi une blessure à la cheville droite dans la défaite de 28-18 subie aux mains du Rouge et Noir. À le voir survoler le terrain pendant les différents exercices auxquels il a participé, on peut affirmer qu’il n’est plus ennuyé par cette blessure.

Comme son nom avait été inscrit sur la liste des blessés pour six matchs, il n’est toutefois pas admissible à effectuer un retour au jeu avant la semaine prochaine.