Les nouvelles recrues de l’Impact sont mises à contribution

Le Fire se présentera au stade Saputo samedi alors que l’équipe traverse la plus longue traversée du désert de son histoire avec sept revers consécutifs en MLS.
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne Le Fire se présentera au stade Saputo samedi alors que l’équipe traverse la plus longue traversée du désert de son histoire avec sept revers consécutifs en MLS.

Rémi Garde l’a répété tout au long de la saison, il est important pour lui d’impliquer tous les joueurs pendant la saison.

Ce fut le cas le week-end dernier quand il s’est tourné vers les nouveaux venus Quincy Amarikwa et Micheal Azira en fin de rencontre. On pourrait en avoir encore la preuve samedi, quand l’Impact (9-13-3) accueillera le Fire de Chicago (6-14-5) au stade Saputo.

Cette fois, l’arrière latéral droit Bacary Sagna pourrait faire ses débuts dans l’uniforme bleu-blanc-noir, seulement dix jours après son embauche et environ trois mois après son dernier match avec le Benevento Calcio en Serie A italienne.

Âgé de 35 ans, Sagna s’est gardé en forme pendant la saison morte européenne et Garde a souligné que la semaine d’entraînement s’était bien déroulée. Il a toutefois refusé de confirmer si Sagna allait affronter ou non le Fire.

Garde n’a pas hésité à se tourner vers Amarikwa et Azira en fin de rencontre samedi dernier, dans un verdict nul de 1-1 contre le Real Salt Lake, même si l’attaquant et le milieu de terrain défensif avaient été limités à des rôles moindres avec leur équipe respective cette saison.

En 23 minutes de jeu, Amarikwa a décoché deux tirs, dont un cadré, tandis qu’Azira a orchestré quelques belles relances en seulement six minutes sur le terrain.

« Ce sont deux joueurs d’expérience et on a vu ce qu’ils peuvent ajouter à l’équipe. Ils ont changé l’allure du match, a indiqué l’arrière latéral gauche Daniel Lovitz, plus tôt cette semaine. Ce n’était pas facile pour eux de rejoindre l’équipe à l’étranger après les échanges, sans même passer par Montréal. Mais ils savent comment ça fonctionne. Ils ont enfilé leur uniforme et ont joué avec intensité. Ce sont deux bons joueurs, deux bonnes personnes et ils se sont bien intégrés au groupe. »

Si Sagna obtient sa première chance face au Fire, il retrouvera notamment Bastian Schweinsteiger sur son chemin, un joueur qu’il a déjà affronté sur les plus grandes scènes de la planète football.

« Je le connais bien. J’ai évolué contre lui en équipe nationale ou quand il jouait pour le Bayern [de Munich], a rappelé Sagna, qui a disputé 65 rencontres avec la sélection nationale de France. C’est un bon joueur, un joueur de qualité. Ça fera un bon match. »

Le Fire se présentera au stade Saputo samedi alors que l’équipe traverse la plus longue traversée du désert de son histoire avec sept revers consécutifs en MLS. De son côté, l’Impact n’a pas remporté de victoire à ses quatre dernières sorties en MLS (0-1-3).

Ce ralentissement de la formation montréalaise l’a empêchée de se détacher du Revolution de la Nouvelle-Angleterre et de l’Union de Philadelphie dans la course aux éliminatoires.

Garde à Bordeaux ?

Paris — Le club français Bordeaux, qui a suspendu son entraîneur Gus Poyet pour une semaine après avoir accusé la direction de l’équipe d’avoir transféré un joueur sans lui en avoir soufflé mot, étudierait de nombreuses candidatures pour le remplacer, dont celle de l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, d’après L’Équipe. Selon le quotidien français, alors qu’Éric Bedouet assurera l’intérim de Poyet dimanche à Toulouse, les Girondins s’intéressent aux candidatures de Jürgen Klinsmann, Laurent Blanc, Thierry Henry et Garde. Garde a accepté un contrat de trois ans l’an dernier quand il s’est joint à l’Impact. L’organisation montréalaise a d’ailleurs rapidement rappelé dans un échange de courriels avec La Presse canadienne vendredi après-midi que « son nom n’est que soulevé dans le texte. Rémi Garde est en poste avec nous ».