Tour de France: Chris Froome flanche dans les Pyrénées

Le Britannique Geraint Thomas a gardé son maillot jaune en creusant son avance sur son coéquipier Chris Froome (à droite).
Photo: Marco Bertorello Agence France-Presse Le Britannique Geraint Thomas a gardé son maillot jaune en creusant son avance sur son coéquipier Chris Froome (à droite).

Le quadruple champion Chris Froome a flanché lors de la très crainte 17e étape du Tour de France dans les Pyrénées mercredi, solidifiant ainsi l’emprise de son coéquipier et compatriote Geraint Thomas sur le maillot jaune de meneur.

Le Colombien Nairo Quintana a remporté la courte mais très difficile étape de 65 km, à la suite d’une attaque en solo dans la brutale ascension finale vers le col du Portet.

Quintana, qui compte trois podiums en carrière au Tour de France, a devancé l’Irlandais Dan Martin par 28 secondes. Thomas, un Britannique, s’est classé troisième à 47 secondes du vainqueur.

Froome a dû se contenter de la huitième place, à 1 min 35 secondes de Quintana, et il a glissé au troisième rang du classement général. Son retard sur Thomas est de 2 min 31 s.

« “Froomey” a dit à la radio, avec peut-être quatre ou cinq kilomètres à faire, qu’il ne se sentait pas super, a relaté Thomas. Ça m’a donné confiance parce que je savais que si “Froomey” souffrait, tout le monde souffrait. »

« Je ne voulais pas le voir connaître une mauvaise journée comme celle qu’il a vécue, mais ça m’a permis de rester confiant en sachant qu’un cycliste de la stature de “Froomey” souffrait, et je savais que je serais capable de réagir aux attaques. »

Troisième après l’étape de mardi, le Néerlandais Tom Dumoulin occupe maintenant le deuxième rang, à 1 min 59 s de Thomas, qui vise un premier triomphe à un Grand Tour.

« Thomas a été le plus fort, et c’est la situation à l’heure actuelle, a déclaré Dumoulin. Jusqu’à maintenant, il ne m’a pas été possible de gagner du temps sur lui. »

Un record hors de portée

Froome tente d’égaler le record de cinq triomphes au Tour de France que détiennent Jacques Anquetil, Eddy Mercky, Bernard Hinault et Miguel Indurain. Toutefois, il semble sur le point de reconnaître qu’il finira à court de son objectif.

« Nous devons prendre soin de [Thomas] maintenant, a déclaré Froome. J’ai gagné les trois derniers Grands Tours et “G” [Geraint] a jusqu’à maintenant fait une course impeccable cette année. Il mérite entièrement le maillot jaune et je garde les doigts croisés pour qu’il effectue le travail à Paris. »

Photo: Jeff Pachoud Agence France-Presse Le Colombien Nairo Quintana a remporté la courte et montagneuse étape de 65 km.

Les premiers ennuis de Froome sont survenus au moment où Primoz Roglic, quatrième de l’étape, a lancé une attaque avec 2,5 km à franchir. Il a glissé pour de bon lorsque Dumoulin a accéléré à la bannière indiquant 2 km à compléter.

Pendant que Thomas a suivi Dumoulin, Froome a rapidement perdu du terrain et a dû être escorté le reste du parcours par son coéquipier colombien Egan Bernal, qui s’est maintes fois tourné la tête pour surveiller le leader de son équipe.

Le fait qu’il ait sorti la langue en signe d’épuisement se voulait un signal clair que Froome avait atteint ses limites après avoir gagné les trois derniers Grands Tours, ceux de France et d’Espagne l’an dernier et celui d’Italie, en mai.

Froome a disputé toute la saison sous la menace d’une suspension potentielle après avoir subi un contrôle au Tour d’Espagne qui a démontré qu’il avait une concentration d’un médicament contre l’asthme — le salbutamol — deux fois supérieur au niveau autorisé. Il a finalement été blanchi à cinq jours du début du Tour.

Pour Quintana, il s’agit d’une deuxième victoire d’étape en carrière au Tour de France, lui qui a aussi réalisé ce tour de force en 2013. Il est passé du huitième au cinquième rang au classement général, à 3 min 30 de la tête.

« J’ai connu des moments difficiles dans la première partie du Tour et j’ai perdu du temps. Mais je me sentais quand même bien et j’avais l’énergie pour finir la course en force. J’ai l’habitude de m’améliorer durant la troisième semaine du Tour et ça va dans cette direction. »

Après une 18e étape un peu moins ardue jeudi, les cyclistes seront de retour en montagne vendredi. Un contre-la-montre individuel sera à l’horaire de samedi suivi de l’étape finale dimanche à Paris.