Magnus Cort Nielsen remporte la 15e étape du Tour de France

Magnus Cort Nielsen a signé la première victoire danoise depuis neuf ans au Tour de France, devant le Néerlandais Bauke Mollema et l’Espagnol Ion Izagirre.
Photo: Jeff Pachoud Agence France-Presse Magnus Cort Nielsen a signé la première victoire danoise depuis neuf ans au Tour de France, devant le Néerlandais Bauke Mollema et l’Espagnol Ion Izagirre.

Magnus Cort Nielsen a signé la première victoire danoise depuis neuf ans dans le Tour de France, dimanche à Carcassonne, après la 15e étape, que le « régional » Lilian Calmejane a terminée en larmes.

Le Gallois Geraint Thomas, qui est arrivé avec le peloton à plus de treize minutes, a gardé les commandes de la course. Sans changement dans la hiérarchie à la veille de la seconde journée de repos et, au-delà, des cols pyrénéens.

Le plus rapide du groupe d’échappées, qui s’est disputé le gain de l’étape dans les dix derniers kilomètres, Cort Nielsen, s’est imposé aisément. Voilà neuf ans et le succès de Nicki Sörensen à Vittel que le Danemark, pépinière de bons coureurs et candidat à l’accueil d’un Grand départ du Tour, attendait pareil succès !

À 25 ans, le Danois a apporté son deuxième succès en deux jours pour l’équipe Astana. La veille, l’Espagnol Omar Fraile était arrivé en solitaire sur les hauteurs de Mende.

Néophyte du Tour, mais déjà vainqueur de deux étapes de la Vuelta en 2016, dont la dernière à Madrid, Cort Nielsen a bénéficié de la collaboration des deux coureurs présents avec lui dans les sept derniers kilomètres : le Néerlandais Bauke Mollema, qui avait attaqué en premier, et l’Espagnol Ion Izagirre.

Le final très tactique a frustré Lilian Calmejane, présent lui aussi dans l’échappée. Après l’arrivée, le « régional » s’est effondré en larmes.

Comme la veille sur la route de Mende, le peloton a laissé filer une grosse échappée, 29 coureurs, après un début d’étape très animé.

Dans la montée du pic de Nore, la principale difficulté du jour, le Polonais Rafal Majka s’est dégagé pour rejoindre et distancer un duo français (Julien Bernard, Fabien Grellier). Il a basculé en tête au sommet, avant les 40 derniers kilomètres, et a insisté dans la descente jusqu’à 14 kilomètres de l’arrivée.

La jonction effectuée avec le double meilleur grimpeur du Tour (2014 et 2016), le groupe de tête s’est disputé la victoire.

Le Néerlandais Bauke Mollema a attaqué à sept kilomètres, mais a emmené avec lui deux coureurs plus rapides que lui, Cort Nielsen et l’Espagnol Ion Izagirre (2e).

Le Français Lilian Calmejane, membre de l’échappée, n’a pu lutter pour la victoire dans les derniers kilomètres. En larmes, le Tarnais, qui évoluait en partie sur les routes de son département, a pris la 7e place.

« Je ne comprends pas les tactiques de certaines équipes », a réagi à chaud Calmejane, qui a mis en cause l’équipe Trek de Mollema. « Ils ont joué avec mes nerfs. Ils ont préféré faire troisième avec Mollema, ils m’ont enterré. »

« C’est la détresse qui parle », a reconnu le Français qui est revenu par la suite, au calme, sur sa stratégie aventureuse en cours d’étape. Il s’était risqué à tenter un raid à plus de 100 kilomètres de l’arrivée… contre l’avis de son équipe, Direct Énergie.

« Je me suis laissé griser par le public, mon public. Mais c’était très loin de l’arrivée. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça, je cours à l’instinct », a reconnu Calmejane, vainqueur de l’étape des Rousses.

« Je me suis fait engueuler dans les oreillettes, du coup je les ai enlevées », a ajouté le leader de son équipe. « C’est mon tempérament. »

Statu quo

Les coureurs du classement général sont restés sur le statu quo. À l’exception de l’Irlandais Dan Martin, qui a pris les devants sur le peloton dans la première partie du pic de Nore. Mais il a été rejoint au bas de la descente.

Quant au Français Romain Bardet, tenté d’accélérer dans la descente, il n’a pas insisté après avoir fait un léger écart dans un virage.

Le Tour observera lundi sa seconde journée de repos avant la 16e étape, menant à Bagnères-de-Luchon.

À voir en vidéo