Les Français de Montréal fêtent la victoire des leurs

Des partisans français en liesse devant le bar L’Barouf, à Montréal
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Des partisans français en liesse devant le bar L’Barouf, à Montréal

Sautant, criant et chantant La Marseillaise, des milliers de Français vivant à Montréal ont célébré la victoire de leur pays contre la Croatie à la Coupe du monde de soccer dimanche.

« On est les champions, on est les champions ! » scandait la foule à tue-tête, rassemblée sur la rue Saint-Denis en plein coeur du Plateau Mont-Royal, le quartier de la métropole où vit la plus grande partie de la communauté française.

Bars, cafés et restaurants du quartier diffusaient pour la plupart le match France-Croatie en direct sur l’heure du midi. Au coup de sifflet final, les partisans du tricolore se sont emparés de la rue Saint-Denis qui a dû être fermée entre l’avenue Mont-Royal et la rue Roy.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir «On est les champions, on est les champions!» scandait la foule à tue-tête, rassemblée sur la rue Saint-Denis en plein coeur du Plateau Mont-Royal.
 

Un rassemblement s’est rapidement formé au coin des rues Saint-Denis et Rachel, non loin du bar L’Barouf, connu pour être le « quartier général » des Français pendant la compétition.

« On a l’impression d’être en France ici, c’est génial ! On est tous fiers de notre pays et on l’aime même d’ici », lance par-dessus les chants, les cris et les coups de sifflet Chloé, une Française arrivée à Montréal il y a trois semaines. La jeune femme est venue suivre la finale avec ses amis, espérant que son pays pourrait ajouter une deuxième étoile à son maillot bleu.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Au coup de sifflet final, les partisans du tricolore se sont emparés de la rue Saint-Denis.

À quelques pas, Nicole, 70 ans, tentait de se frayer un chemin parmi la foule qui commençait à faire le train dans la rue. La victoire des Bleus dimanche a rappelé à cette Française établie à Montréal depuis plus de 40 ans la première victoire de la France, en 1998.« Je suis 20 ans en arrière aujourd’hui, j’étais déjà là, au bar L’Barouf, en 1998. C’était la folie mais pas autant. Il y a plus de partisans aujourd’hui, ou simplement plus de Français à Montréal qu’il y a 20 ans », note Nicole.

Maxime avait seulement un an en 1998. Il est pourtant venu suivre le match vêtu d’un chandail au nom de Zinedine Zidane, qui avait marqué contre le Brésil à l’époque. « C’est le moment de ma génération aujourd’hui, la victoire de 98 c’était celle de nos parents », explique le jeune homme en faisant flotter fièrement son drapeau bleu, blanc, rouge au-dessus de sa tête.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le Village au Pied-du-Courant diffusait dimanche la finale de la Coupe du monde de soccer sur un écran géant. 

Il reconnaît avoir vécu du stress pendant le match, surtout durant la première partie. « On attendait cette victoire depuis longtemps, surtout après l’Euro 2016 où la France n’avait vraiment pas brillé, rappelle-t-il. Ce n’était pas gagné non plus contre la Croatie, qui a réussi à aller en finale contre toute attente, mais j’y croyais fort, j’avais confiance. »

Pour souligner l’événement, un écran géant avait été installé au parc Jean-Drapeau, où plus de 10 000 personnes sont venues regarder le match.