La Suède l'emporte 1-0 sur la Suisse

C’est une Suède très opportuniste qui atteint ce stade de la compétition pour la première fois depuis 1994.
Photo: Efrem Lukatsky Associated Press C’est une Suède très opportuniste qui atteint ce stade de la compétition pour la première fois depuis 1994.

L’héritier de Zlatan Ibrahimovic a finalement livré la marchandise pour la Suède à la Coupe du monde.
 

Emil Forsberg a vu son tir dévié se retrouver au fond du filet à la 66e minute pour procurer à la Suède une victoire de 1-0 face à la Suisse et lui permettre d’atteindre les quarts de finale du Mondial pour la première fois en 24 ans.
 

Gêné et discret, le footballeur de 26 ans ne pourrait être plus différent qu’Ibrahimovic, joueur plus grand que nature qui a régné sur cette équipe de Suède pendant plus de 10 ans et qui est le plus grand joueur jamais produit par le pays scandinave. Ils partagent toutefois l’habileté à créer des opportunités à partir de rien sur un terrain.
 

« J’en ai les yeux pleins d’eau et ça me rend très fier », a déclaré Forsberg.
 

Forsberg s’est présenté en Russie avec une énorme pression sur les épaules, en partie créée par la retraite internationale d’Ibrahimovic, prise il y a deux ans. Plutôt tranquille en phase de groupes, les qualités offensives du milieu de terrain ainsi que son agilité ont toutefois détonné au stade Krestovski, au cours de cette rencontre plutôt échevelée.
 

« Il s’est beaucoup développé, surtout au niveau de l’approche globale de son jeu, a indiqué le sélectionneur suédois, Janne Andersson. Même s’il ne réussit pas tous ses dribles, il contribue tellement dans chaque aspect de son jeu. Et il connaît ces moments décisifs. »
 

Posté à l’entrée de la surface, Forsberg a décoché un tir faible à ras du sol, qui semblait se diriger directement vers le gardien Yann Sommer. Il a toutefois été touché par le défenseur helvète Manuel Akanji pour se retrouver dans le filet.
 

La Suède est devenue la cinquième nation d’Europe à passer en quarts, où elle affrontera l’Angleterre, tombeuse de la Colombie aux tirs au but, samedi, à Samara. Limités, mais avec une stratégie très efficace, les Suédois ne devront pas être sous-estimés.
 

Il s’agit par contre d’une autre opportunité ratée par les Suisses, qui ont atteint la ronde des 16 lors de quatre des cinq dernières éditions de la Coupe du monde, mais à chaque fois éliminés sans marquer. Ils n’ont pas marqué de but en phase éliminatoire du Mondial au cours des 64 dernières années, soit lorsqu’ils avaient atteint les quarts de finale chez eux, en 1054.
 

Ils ont terminé la rencontre à 10 joueurs, après l’expulsion de Michael Lang, sur un carton rouge direct pour une faute à l’endroit de Martin Olsson tout juste à l’extérieur de la surface. L’arbitre avait d’abord accordé un penalty, après révision vidéo, c’est un coup franc qu’ont obtenu les Suédois, sans succès.
 

Les Helvètes, qui n’ont assurément pas joué comme une nation classée sixième au monde et qui n’avait subi qu’une seule défaite à ses 25 dernières sorties, peuvent s’estimer heureux d’avoir toujours été dans la rencontre à ce moment.
 

« Ils ont joué selon leurs grandes forces et ça a été suffisant pour nous battre, a expliqué le sélectionneur suisse, Vladimir Petkovic. Quand ils marquent un but, c’est extrêmement difficile de percer leur coquille par la suite. »
 

La dernière fois que les Suédois ont atteint les quarts, lors du Mondial américain de 1994, ils s’étaient inclinés 1-0 devant les Brésiliens, éventuels vainqueurs, en demi-finales, avant de battre la Bulgarie 4-0 pour terminer troisièmes.