Les Allemands, champions en titre et déjà éliminés

L’Allemand Niklas Suele est dépité alors que les Sud-Coréens célébrent leur victoire mercredi. 
Photo: Frank Augstein Associated Press L’Allemand Niklas Suele est dépité alors que les Sud-Coréens célébrent leur victoire mercredi. 

L’Allemagne éliminée d’une Coupe du monde de la FIFA, ça peut toujours passer. Mais voir la plus puissante équipe de l’heure écartée dès la phase de groupes par l’une des formations les moins bien classées du tournoi défie l’entendement. Lorsqu’ils auront digéré leur défaite, s’ils y parviennent, les Allemands réaliseront cependant qu’ils n’ont qu’eux à blâmer.

En subissant une improbable défaite de 2-0 mercredi face à la Corée du Sud, l’Allemagne a marqué l’histoire du soccer international, mais pas de la manière espérée. Elle a subi l’élimination dès le premier tour du Mondial pour une première fois depuis 1938.

En ne marquant que deux buts lors du tournoi, la Mannschaft a inscrit son plus faible total de filets lors d’une Coupe du monde.

Et surtout, en se faisant montrer la sortie lors de la phase de groupes quatre ans après avoir été couronnée au Brésil, l’Allemagne a elle aussi été victime de la malédiction des champions en titre du Mondial. La France en 2002, l’Italie en 2010 et l’Espagne en 2014 ont toutes subi le même sort.

Manque d’opportunisme

Parmi l’avalanche de statistiques qui a déferlé à la suite de la déconfiture allemande, les plus éclairantes pointent la performance des joueurs sur le terrain.

Mercredi, l’Allemagne a obtenu un décoiffant total de 28 chances de marquer, contre 12 pour son adversaire, et a outrageusement dominé les Sud-Coréens en ce qui concerne la possession du ballon (74 %).

Selon le modèle statistique élaboré par le réseau ESPN, une équipe ayant eu autant d’occasions que les Allemands aurait dû marquer 2,9 buts.

Mais puisque la puissance européenne n’a pas réussi à trouver le fond du filet, ESPN a conclu que l’écart de 2,9 entre le nombre de buts prévus et réellement marqués est le plus grand jamais enregistré dans un match de la Coupe du monde de la FIFA depuis 1966.

En un mot, les Allemands ont creusé leur propre tombe en manquant cruellement d’opportunisme.

Selon le site spécialisé en statistiques sportives Opta, les champions de la Coupe des confédérations 2017 ont inscrit 2 buts sur 72 tirs, pour un médiocre taux d’efficacité de 3 %.

Cette Coupe du monde 2018 a donné lieu à de grandes surprises dès les premiers matchs, au point où on se demandait si l’Espagne, puis l’Argentine parviendraient à se qualifier en dépit de leurs débuts laborieux.

Les deux équipes ont finalement trouvé les réponses à temps, mais les Allemands ont été à court de miracles.

Une victoire de 1 à 0 aurait été suffisante pour assurer leur qualification.

Merci, « mon frère »

Face à la Corée du Sud, 57e au classement de la FIFA, la tâche ne semblait pas trop ardue, mais les Sud-Coréens — et leur brillant gardien de but — en ont décidé autrement. Le site spécialisé en journalisme de données FiveThirtyEight ne donnait pourtant pas cher de la peau du pays asiatique, avec seulement 5 % de chances de gagner contre les Allemands.

La Suède termine donc première du groupe, grâce à un gain de 3 à 0 face au Mexique, tandis que le pays nord-américain profite de la victoire sud-coréenne pour se qualifier, ce qui explique le slogan scandé mercredi par des partisans mexicains en liesse, en Russie comme ailleurs : « Mon frère coréen, tu es maintenant mexicain. »

Le Brésil et la Suisse qualifiés

Rien n’était assuré à l’aube de leur dernier match, mais la logique a été respectée et le Brésil et la Suisse ont réussi à se qualifier mercredi pour la ronde éliminatoire. La Seleção n’a pas trop peiné face à la Serbie (2 à 0), parvenant à s’inscrire au pointage dès la première demie. Les Serbes ont bien tenté de revenir dans le match en exerçant une pression constante sur le filet adverse, mais le but de la tête de Thiago Silva leur a coupé les jambes. La Suisse a davantage souffert et s’est contentée d’un match nul contre le Costa Rica, une équipe qui n’avait pourtant marqué aucun but jusqu’à maintenant dans le tournoi. Le Brésil affrontera donc le Mexique lundi prochain en huitièmes de finale tandis que la Suisse se mesurera à la Suède mardi.