Les huitièmes de finale se dessinent en Russie

Ricardo Quaresma fête son but contre l’Iran en compagnie de son coéquipier Cristiano Ronaldo.<br />
<br />
 
Photo: Filippo Monteforte Agence France-Presse Ricardo Quaresma fête son but contre l’Iran en compagnie de son coéquipier Cristiano Ronaldo.

 

Les derniers matchs de lundi soir, marqués par des interventions de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) en pagaille et crispantes, ont livré les premières affiches des huitièmes de finale : Uruguay-Portugal samedi à Sotchi et Espagne-Russie dimanche à Moscou, au Loujniki.

Les allers-retours incessants des arbitres pour aller visionner leurs écrans de contrôle sur le bord de la touche, ainsi que les énervements provoqués chez les joueurs, ont pollué les matchs de lundi soir, Espagne-Maroc (2-2) et Iran-Portugal (1-1).

Le but égalisateur et salvateur de l’Espagnol Iago Aspas (90e + 1) a finalement été validé en toute fin de match par l’assistance vidéo. De quoi rendre furieux le gros contingent de supporters marocains présents dans la Baltique, déjà chauffés à blanc par « l’injustice » arbitrale dénoncée par le sélectionneur Hervé Renard contre le Portugal précédemment (défaite 1-0), qui ont scandé à plusieurs reprises « Fifa vaffanculo »…

Dans l’autre match, les Portugais étaient leaders de leur groupe jusqu’au temps additionnel, avant que l’Espagne n’égalise face au Maroc (2-2) et que Karim Ansarifard ne transforme son penalty (90e + 3), accordé après recours à la VAR pour une main dans la surface du défenseur Cedric Soares.

Ce match a été interrompu à trois reprises par des recours à la VAR, pour des questions de penalty — accordé ou refusé — et pour un geste d’humeur de CR7 au duel avec Morteza Pouraliganji et sanctionné d’un carton jaune (83e).

Plus tôt dans l’après-midi, le match remporté par l’Arabie saoudite sur l’Égypte (2-1) entre deux équipes éliminées, dans le groupe A, avait déjà donné lieu à un premier couac de l’utilisation de la VAR, avec une consultation très longue pour accorder un penalty…

Le débat enflammé entre partisans et opposants de cette nouvelle technologie, introduite pour la première fois en Coupe du monde, ne fait que commencer.

Ronaldo s’effondre

C’est l’autre fait de la soirée de lundi : Cristiano Ronaldo a raté un penalty. Et c’est Ricardo Quaresma qui a marqué pour le Portugal. Et c’est une surprise, car jusqu’ici 100 % des buts de la Selecçao dans ce Mondial étaient signés Ronaldo. Et tout le monde attendait une réaction de CR7 (4 buts) dépassé au classement des buteurs depuis dimanche soir par le « Prince Harry » Kane, nouveau héros de l’Angleterre (5 buts).

Mais l’Iran, entraîné par le Portugais Carlos Queiroz, qui s’était fâché avec Ronaldo, a vendu chèrement sa peau. Et quitte le tournoi sur de belles performances accrocheuses.

La « Roja » de Fernando Hierro a donc aussi eu du mal contre un Maroc déjà éliminé avant ce match. Heureusement pour elle, c’est une Russie plus faible que la Celeste qui se profile en 8e.

Car la lourde défaite de la Russie face à l’Uruguay (3-0) a douché les espoirs du pays hôte pour les huitièmes de finale. « Tout est revenu à sa place. C’est fini, les illusions ! Cela devait arriver. Les matchs précédents, on était ravis de les avoir gagnés, mais on affrontait alors des équipes faibles. Nous espérons tous un miracle, mais il n’y en aura pas, on n’est pas dans un conte de fées », a déploré Alexeï Fédouline, agent des pompes funèbres de 23 ans, interrogé par l’AFP dans la fan zone près de l’Université de Moscou.

« La Russie ne pourra pas aller plus loin [que les huitièmes de finale]. Nous y étions prêts, c’est pour ça nous ne sommes pas trop tristes », s’est résignée Leïla Tolika, infirmière de 25 ans.

Succès uruguayen

Le sélectionneur de l’Uruguay, Oscar Tabarez, s’est félicité de ce large succès : « Nous sommes très satisfaits de ce qu’a fait l’équipe, nous l’avions dit, nous voulions nous améliorer. Après la qualification, c’était une chance d’affronter un adversaire qui joue très bien. Nous avons passé ce test. »

Mais à la question « Est-ce que vous avez joué comme un potentiel champion du monde ? », « El Maestro » a tempéré : « Permettez-moi de freiner un peu… »

Dans l’autre match du groupe A, entre deux équipes éliminées, l’Arabie saoudite a infligé sa troisième défaite à l’Égypte (2-1). Seule consolation pour les « Pharaons », leur gardien Essam El-Hadary est devenu à 45 ans le joueur le plus âgé à disputer un match de Coupe du monde. Il a même arrêté un penalty, avant de céder sur un second.

« Je suis la personne la plus heureuse du monde pour ce record, mais, d’un autre côté, je suis vraiment triste du résultat », a commenté le héros malheureux.

Le crack de Liverpool Mohamed Salah a lui inscrit son second but du tournoi, mais quitte la compétition par la petite porte. Les « Pharaons » n’ont toujours pas gagné un seul match dans leur histoire en Coupe du monde.