Huit millions de dollars pour les perdants de la Coupe du monde

Le joueur égyptien Mohamed Salah (à gauche) réagit à la défaite à la suite du match contre la Russie.
Photo: Giuseppe Cacace Agence France-Presse Le joueur égyptien Mohamed Salah (à gauche) réagit à la défaite à la suite du match contre la Russie.

Maintenant que les équipes disputent tour à tour leur deuxième match dans cette Coupe du monde de la FIFA, certaines apprennent à regret qu’elles devront quitter la Russie au terme de la phase de groupe. Mercredi, l’Égypte, le Maroc et l’Arabie saoudite ont été les premières formations à voir leurs espoirs d’un parcours en phase éliminatoire s’évanouir, mais elles repartiront malgré tout avec la rondelette somme de 8 millions de dollars américains.

Il est bien connu que les gagnants de la Coupe du monde ont l’honneur de soulever le fameux trophée en or créé par l’artiste italien Silvio Gazzaniga — ils doivent le rendre ensuite et ne peuvent rapporter qu’une réplique à la maison. Ce qui l’est moins, c’est que toutes les équipes qui participent à la phase finale de la Coupe du monde reçoivent un chèque, dont le montant dépend de leur classement final.

Cette année, les équipes qui ne parviendront pas à obtenir leur laissez-passer pour les huitièmes de finale toucheront 8 millions de dollars. Les montants des chèques augmentent ensuite graduellement, atteignant 24 millions pour les troisièmes, 28 millions pour les finalistes et 38 millions de dollars pour les champions.

À ces sommes s’ajoutent 1,5 million de dollars remis à chaque association pour la préparation de son équipe nationale en vue de la phase finale, 209 millions distribués aux clubs qui rendent leurs joueurs disponibles pour la Coupe du monde et 134 millions versés à ces mêmes clubs pour compenser des blessures subies lors du parcours international de leurs protégés.

Toujours plus d’argent

Mises ensemble, toutes ces contributions financières forment une imposante cagnotte, dont la taille n’a cessé d’augmenter au fil des ans, passant de 20 millions en Espagne en 1982 à 791 millions pour le tournoi russe. Il faut dire que les règles ont évolué avec le temps : la FIFA a d’abord calculé les montants remis à partir du nombre de matchs disputés, jusqu’à ce qu’elle décide de diviser les prix en argent selon le classement.

Et si vous trouvez que la FIFA est particulièrement généreuse avec ses équipes, dont certaines sont composées de joueurs déjà multimillionnaires, dites-vous qu’elle passe pour une pingre face à la Premier League anglaise ou à la Ligue des champions de l’UEFA, dont le total des prix en argent s’élève respectivement à 2,9 et 1,6 milliards de dollars. Cette bonté hors norme est surtout attribuable aux très lucratifs contrats de télédiffusion.

L’Iran tient tête à l’Espagne

Certaines équipes devront donc plier bagage sous peu, mais les Iraniens, eux, n’ont pas voulu être forcés de repartir avec leur chèque trop tôt. Opposés à l’Espagne, ils ont offert mercredi une impressionnante démonstration de jeu défensif, se repliant dans leur territoire et repoussant toutes les attaques adverses pendant la moitié de la rencontre.

À plusieurs moments, la formation iranienne au grand complet s’est même retrouvée dans la surface de réparation, ce qui a obligé les Espagnols à manoeuvrer dans un espace réduit.

Le match nul que l’Iran convoitait lui a finalement échappé à la 54e minute, lorsque Diego Costa est parvenu à se faufiler parmi les défenseurs et à inscrire un but peu élégant, mais fort important. Ce fut suffisant pour permettre à l’Espagne de l’emporter 1-0. Les Iraniens peuvent encore espérer se classer parmi les deux premières équipes du groupe B, mais les parieurs ne sont pas derrière eux : ils affronteront le Portugal lors de leur troisième rencontre, tandis que l’Espagne se mesurera au Maroc.

Plus tôt dans la journée, le Portugal et l’Uruguay ont tous les deux remporté leur match 1-0. Cristiano Ronaldo a inscrit son quatrième but du tournoi face au Maroc, tandis que Luis Suarez a permis aux Uruguayens d’obtenir les trois points face à une Arabie saoudite bien plus vigoureuse que lors de son humiliante défaite de 5-0 contre la Russie.

Les Mexicains et les Serbes mis à l’amende

La FIFA a imposé mercredi des amendes de 10 000 $US aux fédérations de soccer mexicaine et serbe en raison du comportement de leurs partisans dans les gradins. Les Mexicains ont entonné des chants « discriminatoires » et « insultants » lors de la première mi-temps du match contre l’Allemagne, tandis que les Serbes ont affiché une bannière « politique » et « offensante » pendant la rencontre Serbie-Costa Rica, indique le communiqué diffusé par la FIFA.