Le trio Canada–États-Unis–Mexique organisera la Coupe du monde 2026

<p>La décision a été prise lors d’un vote tenu mercredi au congrès de la FIFA qui se déroule à Moscou.</p>
Photo: Kirill Kudryavtsev Agence France-Presse

La décision a été prise lors d’un vote tenu mercredi au congrès de la FIFA qui se déroule à Moscou.

Moscou — Pour la première fois de son histoire, la Coupe du monde de soccer passera par le Canada.

Dans une proportion de 134 contre 65, avec une abstention, les associations membres de la FIFA ont octroyé l’organisation de la Coupe du monde de 2026 à la candidature unifiée du Canada, des États-Unis et du Mexique, au détriment de celle du Maroc.

La décision a été prise lors d’un vote tenu mercredi au congrès de la FIFA qui se déroule à Moscou.

Le gouvernement canadien s’est réjoui de cette décision qui « donnera la chance aux athlètes canadiens de disputer des matchs à domicile, en plus de permettre aux communautés de soccer du pays de prendre de l’expansion et d’inspirer la prochaine génération d’athlètes ».

Par voie de communiqué, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, dit être très heureuse de la décision de la FIFA. Elle écrit que par son rayonnement et ses retombées, le tournoi masculin de la Coupe du monde est l’un des événements sportifs les plus importants de la planète.

Steven Reid, président de l’Association canadienne de soccer, a décrit la décision du congrès comme un « privilège et un honneur extraordinaires ».

À la CONCACAF, dont le président — le Canadien Victor Montagliani — a joué un rôle instrumental dans la candidature, on a qualifié le verdict de « victoire monumentale » pour la confédération qui couvre l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et les Caraïbes.

La réaction a été tout aussi joyeuse au sud de la frontière canadienne, où Carlos Cordeiro, président de U.S. Soccer, a affirmé que le « football était l’unique victorieux ».

Dans la défaite, la délégation du Maroc, qui a subi un cinquième échec, a fait preuve de classe en félicitant le groupe nord-américain.

En 2026, 48 pays participeront au tournoi de la Coupe du monde.

Le Canada admis ?

Au fil de son histoire, le Mexique a accueilli la Coupe du monde en deux occasions, en 1970 et en 1986. Les États-Unis ont présenté l’événement planétaire en 1994.

Le Canada avait échoué dans sa seule tentative, en 1986, alors que la Colombie avait retiré sa candidature à titre de pays hôte. Il s’agit encore de la seule année où le Canada a délégué une équipe à la Coupe du monde.

Cette décision des associations membres de la FIFA tend à indiquer que le Canada effectuera un retour sur la scène la plus prestigieuse du soccer masculin au monde. Il s’agit d’un scénario fort plausible, mais qui reste encore à être confirmé.

Toutefois, avec une hausse de 32 à 48 du nombre d’équipes qui seront admises à l’édition de 2026, le fait de tripler le nombre de clubs venant des pays hôtes ne devrait pas provoquer trop de vagues.

Les responsables de la candidature unifiée ont déjà envisagé un scénario où un match serait présenté dans chacun des trois pays en guise de coup d’envoi de la compétition.

La candidature nord-américaine actuelle prévoit que 60 des 80 matchs seront présentés aux États-Unis ; le Canada et le Mexique en offriraient dix chacun. Mais rien n’est coulé dans le béton.

Au Canada, les matchs devraient être présentés dans les villes de Montréal, de Toronto et d’Edmonton. La FIFA choisira jusqu’à 16 villes hôtesses sur les 23 ayant été incluses dans la candidature unifiée.