Les Capitals défont les Golden Knights 3-1

L'attaquant des Capitals Evgeny Kuznetsov célèbre un but en deuxième période avec ses coéquipiers.
Photo: Rob Carr / Getty Images / Agence France-Presse L'attaquant des Capitals Evgeny Kuznetsov célèbre un but en deuxième période avec ses coéquipiers.

Washington — Alors qu’il était un cas incertain quelques heures seulement avant le troisième duel de la finale de la Coupe Stanley, Evgeny Kuznetsov a refusé de se laisser avoir par une petite blessure et a brillé de mille feux, se rendant indispensable aux succès des Capitals de Washington.

Kuznetsov a enfilé son 12e but des séries en plus de se faire complice du premier but des siens et les Capitals ont infligé un revers de 3-1 aux Golden Knights de Las Vegas, samedi.

« Je crois que tout le monde connaît son talent, tout le monde sait à quel point il est bon et il m’a permis de tenter ma première chance pour ouvrir la marque tôt dans la rencontre, a révélé Alex Ovechkin. C’était plaisant. »

Après avoir connu quelques ennuis au Verizon Center, les Capitals ont profité de la foule locale pour prendre les devants 2-1 dans la série.

Les deux équipes reprendront le collier lundi soir, à l’occasion du quatrième match qui sera présenté à Washington.

Kuznetsov, qui avait quitté la dernière rencontre après avoir subi une mise en échec de Brayden McNabb, a semblé avoir retrouvé la forme à son retour dans la formation de Washington, et ce, dès ses premiers coups de patin.

Un repos qui aura été salutaire pour l’attaquant russe.

« Parfois, c’est bien de regarder les matchs de là-haut, sur la passerelle, a-t-il avoué. Ça t’aide à voir des choses que tu ne vois pas nécessairement sur la glace. Ce sont des matchs émotifs. »

Ovechkin et Devante Smith-Pelly ont fait mouche du côté des Capitals, qui ont enfilé une deuxième victoire consécutive après s’être inclinés 6-4 lors du tout premier match de la série.

Braden Holtby a quant à lui été fumant en repoussant 21 des 22 tirs dirigés vers lui.

Tomas Nosek a été le seul marqueur chez les Golden Knights, qui devront trouver un moyen de conjurer le mauvais sort.

Marc-André Fleury, qui avait offert sept buts à l’adversaire lors des deux premières rencontres de la série finale, a flanché à 3 reprises sur 26 lancers.

C’est la première fois depuis le début du tournoi printanier que les hommes de Gerard Gallant encaissent deux revers d’affilée, mais le principal intéressé ne semblait toutefois pas très décontenancé par la tournure des événements lors du point de presse d’après-match.

« Nous allons simplement nous préparer pour le prochain match, c’est tout ce qu’on peut faire, a avancé Gallant. Nous devons oublier le match de ce soir et être prêts pour le prochain. Les Capitals ont mieux joué ce soir, c’était la meilleure équipe et ils méritent la victoire. Nous devons passer à autre chose. »


Soirée de première

C’était la première fois depuis 1998 que les partisans de l’équipe avaient l’occasion d’encourager leur équipe en finale de la Coupe Stanley, et ils ont été bien servis.

Les Capitals avaient bien cru prendre les devants en première période, mais un contact entre Smith-Pelly et Fleury, qui se trouvait dans le demi-cercle du gardien adverse, a renversé la vapeur.

Il aura fallu attendre la première minute de jeu du deuxième tiers pour faire soulever la foule réunie au Verizon Center.

Le capitaine des Capitals, Ovechkin, a mis un terme au supplice et a ouvert la marque, alors que Fleury venait de faire trois arrêts consécutifs.

À son premier match de la finale de la Coupe Stanley à domicile, le joueur vedette des Capitals a dirigé huit tirs vers le filet adverse et a marqué un but qui semblait inévitable. Ce 14e but en série lui a permis d’égaler le record de concession établi par John Druce en 1990 et l’a propulsé au sommet des marqueurs de la LNH ce printemps, à égalité avec Mark Scheifele des Jets de Winnipeg.

Après avoir fait l’objet de beaucoup de moqueries sur les réseaux sociaux en raison de ses nombreuses expressions faciales, Ovechkin ne s’est pas gêné pour sauter au cou de ses coéquipiers, le sourire fendu jusqu’aux oreilles, lorsqu’il a inscrit le premier but de la soirée.

« Il est tellement émotif puisqu’il joue en finale de la Coupe Stanley, a mentionné l’entraîneur-chef des Capitals, Barry Trotz, à propos de son joueur étoile, Ovechkin. Vous pouvez le voir, juste par ses expressions faciales tout le temps, son émotion. S’il y a une chose que vous pouvez voir d’Alex, c’est qu’il garde ses émotions à l’extérieur et non à l’intérieur. Vous savez exactement ce qu’il pense. »

Le duo Ovechkin-Kuznetsov, qui a fait des étincelles tout au long des séries printanières, aura fini par donner des maux de tête à Fleury et sa bande.

« Ce sont de bons joueurs, des joueurs remplis de talent. Ce sont des vedettes », a reconnu Gallant.

Kuznetsov, qui avait tenté sa chance un peu plus tôt lors du premier but des siens, a finalement couronné son retour en trouvant le fond du filet, à 12:50 du deuxième engagement.

Holtby a permis à son équipe de garder le score impeccable lors des 40 premières minutes de jeu, multipliant les arrêts, notamment devant Jonathan Marchessault alors qu’il restait six minutes à faire avant le deuxième entracte.

« Je crois que notre échec avant était très bon, nous étions capables de placer la rondelle loin dans leur territoire, a expliqué Kuznetsov. Nous avons adapté notre style depuis le début des séries et ce n’est pas facile pour eux. Je crois que nous avons fait du bon travail à ce niveau-là. C’est difficile de toujours devoir aller chercher la rondelle dans le fond du territoire et ça nous donne de l’énergie. »

Alors que les Golden Knights avaient besoin de souffler, Nosek a remis son équipe sur le respirateur artificiel.

Profitant d’une mauvaise sortie de Holtby, Nosek a gâché le blanchissage de celui-ci en marquant son quatrième but des séries dans un filet abandonné.

Smith-Pelly a toutefois racheté sa bourde commise en début de rencontre en redonnant une avance de deux buts aux Capitals. Shea Theodore, qui croyait avoir récupéré le disque en fond de territoire s’est plutôt fait dérober par Jay Beagle, qui a servi une passe parfaite à Smith-Pelly, devant le but adverse.

« J’ai toujours aimé les séries, a avoué Smith-Pelly. J’aime marquer de gros buts. Je ne sais pas ce que c’est, mais ce sont des matchs qui sont vraiment plaisants à disputer. »