Abel, Benfeito et les meilleurs plongeurs au monde seront à Montréal ce week-end

La plongeuse canadienne Meaghan Benfeito
Photo: François-Xavier Marit Agence France-Presse La plongeuse canadienne Meaghan Benfeito

Meaghan Benfeito aura l’occasion de prendre sa revanche devant ses partisans ce week-end contre l’Australienne Melissa Wu, après s’être fait ravir la médaille d’or de justesse à la tour de 10 mètres aux Jeux du Commonwealth à Gold Coast, en Australie, plus tôt ce mois-ci.

La Montréalaise âgée de 28 ans avait récolté un total de 359,75 points dans l’épreuve individuelle à la tour, mais elle avait concédé la première marche du podium à sa grande rivale Wu, qui avait amassé 360,40 points. Selon l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne Aaron Dziver, Benfeito voudra absolument lui rendre la monnaie de sa pièce ce week-end.

Benfeito et Jennifer Abel, ainsi que leurs coéquipiers de l’équipe canadienne, se mesureront aux meilleurs plongeurs du monde ce week-end dans le cadre des Séries mondiales de la FINA de Montréal, à la piscine du Parc olympique.

« Meaghan s’est fait ravir, selon moi, la médaille d’or à la tour de 10 m individuelle, a déclaré Dziver en entretien téléphonique avec La Presse canadienne. Je lui ai d’ailleurs dit qu’elle était selon moi la championne de cette compétition. Meaghan est très diplomate et dira toujours qu’elle est très satisfaite de la médaille d’argent, mais elle méritait vraiment la médaille d’or. »

« Je crois qu’elle [Benfeito] démontrera quelque chose d’intéressant ici, à Montréal, car nous sommes à la maison, devant sa famille, et qu’elle adore plonger au Parc olympique, a-t-il ajouté. J’ai vraiment hâte de voir sa performance à la tour individuelle ; je crois que nous serons témoins de quelque chose de spécial. »

Les Québécois Philippe Gagné (3 m, 3 m synchro), François Imbeau-Dulac (3 m, 3 m synchro) et Pamela Ware (3 m) seront à surveiller, également. Ce sera aussi l’occasion d’observer de nouveaux venus, dont Caeli McKay, de Calgary, qui a remplacé Roseline Filion, partie à la retraite, aux côtés de Benfeito, et Mélissa Citrini-Beaulieu, de Saint-Constant.

Plongeon Canada a indiqué par courriel à La Presse canadienne que Citrini-Beaulieu, la nouvelle coéquipière d’Abel au tremplin de 3 m synchro, sera vraisemblablement en mesure de prendre part à la compétition vendredi. La semaine dernière, l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne Aaron Dziver avait indiqué qu’elle souffrait d’une déchirure aux abdos subie aux Jeux du Commonwealth et qu’une décision serait prise au cours de la semaine.

« Mélissa va bien et les filles se sont entraînées ensemble toute la semaine. Il est prévu qu’elles [Abel et Citrini-Beaulieu] prennent part à la compétition », a indiqué une porte-parole de Plongeon Canada.

Les plongeurs canadiens sont de retour au pays après avoir pris part aux Jeux du Commonwealth à Gold Coast, en Australie, du 4 au 15 avril, où ils ont récolté un total de six médailles (une d’or, quatre d’argent et une de bronze) en huit épreuves à la piscine.

« Nous sommes contents des résultats — nous avions établi comme objectif une médaille dans chacune des épreuves — même si nous savions très bien que le 10 m synchro masculin serait un longshot, a confié Dziver. C’est une jeune équipe, donc on ne savait pas trop. »

« On a aussi échoué au 3 m synchro féminin, où nous avons pris le cinquième rang, a-t-il souligné. Ça, c’était une déception. Mais ce n’était pas la faute des filles, c’était vraiment une erreur de ma part. Jennifer [Abel] était déçue, par contre elle s’est retroussé les manches et a remporté l’or au 3 m. »

Selon le principal intéressé, la compétition aux Séries mondiales de la FINA sera beaucoup plus relevée que celle aux Jeux du Commonwealth puisque de nombreuses puissances, dont la Chine, seront présentes dans la métropole.

« C’est encore plus intéressant [que les Jeux olympiques], car il n’y a que les huit meilleurs athlètes dans chaque discipline qui sont invités, a expliqué Dziver. Évidemment, il y a les meilleurs au monde aux Jeux olympiques, mais ils sont entre 30 et 35 athlètes — deux par pays —, donc ici ce ne sera que la crème de la crème. Ce sera très excitant. »

Il s’agira donc d’un bon test pour les représentants de l’unifolié afin de mesurer leur progression, à un peu plus de deux ans des Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Les Séries mondiales de plongeon, qui se dérouleront du 27 au 29 avril, seront de retour dans la métropole annuellement jusqu’en 2021. Montréal est la deuxième ville canadienne à recevoir une compétition de cette envergure, après Windsor, en Ontario, qui l’a accueillie de 2014 à 2017.