Le Canada s’impose devant l’Ukraine

Gabriela Dabrowski et Bianca Andreescu ont uni leurs forces devant Kateryna Bondarenko et Olga Savchuk pour procurer la victoire au Canada.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Gabriela Dabrowski et Bianca Andreescu ont uni leurs forces devant Kateryna Bondarenko et Olga Savchuk pour procurer la victoire au Canada.

Comme le dit l’adage populaire : plus ça change, plus c’est pareil.

Malgré de nombreuses blessures et un parcours rocambolesque, le Canada a fait preuve de résilience et est parvenu à battre l’Ukraine 3-2 en rencontre de barrage du Groupe mondial II de la Fed Cup, grâce à un gain de 6-3, 4-6, 6-3 lors du match de double décisif, dimanche.

Tout comme en 2013 lors de la première rencontre de barrage entre les deux nations, le duel s’est rendu jusqu’à la limite. Gabriela Dabrowski et Bianca Andreescu ont uni leurs forces devant Kateryna Bondarenko et Olga Savchuk pour procurer la victoire au Canada, in extremis.

Les Ukrainiennes ont trimé dur, forçant la tenue d’une troisième manche, et ont sauvé une balle de match en fin de rencontre, mais en vain.

En vertu de ce gain, le Canada demeurera au sein du Groupe mondial II, composé des nations classées du 9e au 16e rang.

En dépit d’une crampe au mollet subie lors de son match de simple face à Lesia Tsurenko, samedi, Andreescu était de retour sur le court intérieur du stade IGA, en compagnie de Dabrowski, 10e mondiale en double.

Après avoir remporté la manche initiale 6-3, les Canadiennes ont connu une baisse de régime en début de deuxième manche. Tirant de l’arrière 4-1, Dabrowski et Andreescu ont cependant nivelé la marque au huitième jeu. Les Ukrainiennes ont cependant forcé la tenue d’une troisième manche en remportant les deux jeux suivants.

À la troisième manche, les deux équipes ont échangé les jeux de part et d’autre, avant que les représentantes de l’unifolié ne brisent leurs adversaires aux cinquième et septième jeux pour prendre les devants 5-2.

Bondarenko et Savchuk ont réussi à sauver une balle de match, réduisant l’écart 5-3, mais les Canadiennes ont mis un terme au duel dès le jeu suivant.

Tout juste avant de disputer le dernier match du week-end, la spécialiste du double Dabrowski, classée 364e en simple, avait été appelée à disputer le match de simple, en relève à ses coéquipières, Françoise Abanda et Andreescu, toutes les deux blessées.

Après avoir causé la surprise lors de la première manche, l’Ontarienne avait finalement baissé pavillon en trois manches de 3-6, 6-2, 6-1 devant Bondarenko (78e).

Pari réussi pour Eugenie Bouchard

Contrairement à son dernier passage en Fed Cup en 2015 face à la Roumanie, Eugenie Bouchard a signé deux importants gains pour le Canada.

En début de journée, Bouchard (117e) avait permis au Canada de prendre les devants 2-1 dans un match enlevant, en renversant Tusrenko en trois manches de 4-6, 6-2, 7-6 (5).

En dépit d’une crampe à la cuisse gauche, Tsurenko a sauvé deux balles de match pour forcer la tenue d’un bris d’égalité à la troisième manche, mais Bouchard est revenue à la charge pour signer sa deuxième victoire du barrage, malgré des douleurs à la main.

Les amateurs au stade IGA ont une fois de plus eu droit à tout un spectacle de la part de Bouchard, qui a fait tomber la 41e raquette mondiale après un peu moins de trois heures de travail.

Classée 117e à la WTA, la joueuse vedette de Westmount a une fois de plus démontré du caractère et de la persévérance face à une adversaire plutôt coriace, notamment en repoussant quatre balles de bris lors du cinquième jeu à la troisième manche.

La veille, Bouchard avait défait Bondarenko 6-2, 7-5 pour permettre à l’unifolié d’égaler la marque 1-1.