L’Impact est heureux de retrouver le stade Saputo, ou même de le découvrir

<span style=Le Bleu-blanc-noir disputera enfin un premier match à son domicile permanent, quand il accueillera Laurent Ciman et le Los Angeles FC (3-2-0) au Stade Saputo samedi." height="530" width="828" class="img-responsive">
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le Bleu-blanc-noir disputera enfin un premier match à son domicile permanent, quand il accueillera Laurent Ciman et le Los Angeles FC (3-2-0) au Stade Saputo samedi.

Les deux dernières semaines n’ont pas été faciles pour l’Impact, mais la formation montréalaise peut se réconforter en se disant qu’elle ne jouera plus deux matchs d’affilée à l’étranger d’ici la fin de la campagne en MLS.


Après un premier mois honnête malgré un contexte difficile, l’Impact (2-4-0) a encaissé deux revers à l’étranger par un score combiné de 7-1 depuis le début d’avril. Mais voilà que le Bleu-blanc-noir disputera enfin un premier match à son domicile permanent, quand il accueillera Laurent Ciman et le Los Angeles FC (3-2-0) au Stade Saputo samedi.
 

« Oui, c’est assez bizarre de jouer autant à l’extérieur que ça », a dit le défenseur de l’Impact Rudy Camacho, plus tôt cette semaine, en revenant sur le fait que l’Impact a disputé cinq de ses six premières rencontres en terre hostile. « Tout le monde a hâte de jouer dans notre stade, de voir les supporteurs. Ça va galvaniser tout le monde, du moins je l’espère. »

Environ la moitié du XI partant de l’Impact pourrait être composée de joueurs qui n’étaient pas avec l’équipe la saison dernière. Quelques-uns ont enfin rencontré les partisans le 17 mars, lors d’une victoire de 1-0 contre le Toronto FC au Stade olympique. Les nouveaux joueurs du Bleu-blanc-noir auront toutefois enfin leur vrai baptême montréalais au Stade Saputo.

« Je n’ai même pas encore vu le stade, racontait le milieu de terrain Ken Krolicki en début de semaine. J’ai entendu de bonnes choses, et j’ai hâte de vivre ça. »

« Nous avons vu plusieurs partisans qui nous ont accompagnés à l’étranger, ce que nous apprécions énormément, a-t-il ajouté. Mais lors d’un match à domicile, les partisans sont plus bruyants et deviennent fous quand vous marquez un but. C’est un environnement un peu différent. »

Si l’on exclut la campagne 2012, quand l’agrandissement du stade Saputo avait reporté la rentrée de l’Impact à son domicile régulier à juin, le Bleu-blanc-noir a accumulé plus de points que cette saison à seulement deux reprises (2013 et 2016) avant son premier match au stade Saputo.

Même si les joueurs de l’Impact ne veulent pas se servir de ce contexte comme excuse, ils ont exprimé une certaine frustration au cours des dernières semaines.

« Mentalement et physiquement, quand vous vous rendez sur la côte ouest à deux reprises, c’est six heures d’avion et trois heures de décalage horaire chaque fois, a rappelé Krolicki. Ce sont des allers-retours qui ne sont pas faciles. Mais ce n’est pas une excuse. Il y a d’autres raisons qui expliquent pourquoi nous avons perdu et ce sont des choses que nous devons corriger. »

Il n’y a pas encore de raison pour céder à la panique pour l’Impact. Cependant, la troupe de Rémi Garde devra trouver le moyen de faire oublier les deux dernières défaites.

« À domicile, il faut prendre les points, imposer notre style de jeu, a affirmé Camacho. Nous allons devoir faire beaucoup mieux que lors des deux derniers matchs. Nous allons devoir travailler ensemble. Ça va passer par là — le “pressing”, le bloc en équipe. Quand nous jouons à domicile, nous devons être intraitables. »

Si l’Impact est toujours à la recherche d’une certaine constance et d’une cohésion en raison des nombreux changements à sa formation au cours de l’hiver, le ciment semble avoir pris plus rapidement du côté du Los Angeles FC.

L’équipe d’expansion connaît un bon début même si elle n’a pas encore joué devant ses partisans. Elle a marqué 11 buts en cinq rencontres, dont quatre chacun par les joueurs désignés Diego Rossi et Carlos Vela. Leurs deux défaites se résument à une déroute complète contre le redoutable Atlanta United et une remontée du Galaxy de Los Angeles menée par Zlatan Ibrahimovic.

Les yeux seront toutefois tournés vers la défensive du LAFC, menée par le « Général » Ciman, le capitaine de la formation. Ciman a été échangé à l’équipe d’expansion en décembre en retour de Raheem Edwards et Jukka Raitala, un geste qui n’a pas plu à de nombreux partisans.

Les membres de l’équipe montréalaise n’étaient pas très bavards au sujet du retour de Ciman cette semaine. Après tout, la plupart d’entre eux ne l’ont jamais côtoyé.

« Je ne le connais pas personnellement, a rappelé Camacho. Un match, c’est un match. S’il a des amis ici, ils se parleront au début et à la fin. »

Par ailleurs, le défenseur Rod Fanni, blessé à une cuisse samedi dernier dans le revers de 3-1 face aux Red Bulls de New York, pourrait être disponible face au LAFC même s’il ne s’est pas entraîné cette semaine. Le milieu de terrain Saphir Taïder sera de retour au jeu après avoir purgé un match de suspension à la suite d’un carton rouge.