Tiger Woods a trimé dur au Tournoi des maîtres

Tiger Woods est de retour au Tournoi des Maîtres, mais pas dans la position où bon nombre de ses fans souhaitaient le voir.
Photo: Matt Slocum Associated Press Tiger Woods est de retour au Tournoi des Maîtres, mais pas dans la position où bon nombre de ses fans souhaitaient le voir.

La première ovation est venue dans l’aire d’entraînement. Il y a eu d’autres applaudissements au moment où il marchait en direction du 18e vert, bien que la plupart des spectateurs soient demeurés assis dans leur chaise pliante.

Tiger Woods est de retour au Tournoi des Maîtres, mais pas dans la position où bon nombre de ses fans souhaitaient le voir.

Woods a travaillé d’arrache-pied au fil d’une ronde initiale peu spectaculaire, jeudi, chemin faisant vers une ronde de 73, un coup au-dessus de la normale.

Jordan Spieth a remis la meilleure fiche de la journée avec un pointage de 66. Tony Finau et Matt Kuchar ont suivi avec des cartes de 68. Woods est loin du sommet, mais ça ne l’empêche pas de garder espoir.

Si l’on tient compte du battage médiatique qui a accompagné cette première sortie officielle de Woods sur le parcours d’Augusta National depuis 2015, il pourrait s’agir d’une prestation plutôt décevante.

Pas aux yeux du principal intéressé. « J’aurais facilement pu perdre le contrôle de la situation, mais je me suis ressaisi », a déclaré Woods, qui avait retrouvé le côté confiant de ses grandes années. « Et je suis de retour dans ce tournoi. »

Cris d’encouragement

Lorsque Woods s’est présenté sur le tertre numéro un, par un temps ensoleillé mais frais, les spectateurs ont enfin entendu les mots qui n’avaient pas été prononcés lors des deux éditions précédentes du Tournoi des Maîtres.

« Attention, s’il vous plaît. Tiger Woods est au départ. »

On pouvait entendre les cris d’encouragement partout sur le terrain. « Je suis pas mal certain que ce n’est pas moi qu’ils attendaient avec tant d’anticipation », a blagué Tommy Fleetwood, qui faisait partie du trio de Woods, complété par Marc Leishman.

Vêtu de noir de haut en bas, Woods a tenté d’approcher son coup de départ comme n’importe quel autre. « Un léger crochet de gauche à droite », le long du côté gauche, a-t-il pensé.

La balle s’est arrêtée dans le bois, à la gauche de l’allée. « Il n’y a pas eu de crochet », a lancé Woods avec un sourire ironique.

Alors que le soleil prenait de l’amplitude dans le ciel bleu et que la température s’approchait de la barre des 20 °Celsius, Woods s’est défait de son chandail noir et a terminé sa journée en manches courtes.

Il a connu des ennuis sur les trous à normale-5, habituellement ses préférés à Augusta, ce qui l’a empêché d’amener son score sous la normale.

Il ne s’est pas plaint. Après tout ce qu’il a vécu — les interventions chirurgicales, les ennuis personnels, les questions sur ses chances d’être de nouveau compétitif —, le seul fait de se trouver sur le parcours, une fois de plus au coeur de l’univers golfique, lui a donné l’impression d’être un gagnant.

Deux oiselets lors des cinq derniers trous n’ont pas nui.

Satisfait

« Un score de 73 me convient, a affirmé Woods. D’ici la fin de la semaine, de la façon dont le parcours se dessine, le tableau des meneurs sera fort chargé. C’est ce [que les responsables] veulent.

« C’est très difficile de se sauver des autres, mais c’est aussi très facile de tout gâcher. D’ici la fin du week-end, plusieurs?joueurs?auront?la chance de gagner ce tournoi. »

Il compte être l’un d’eux. Mais pour l’instant, il y a du travail à faire, à commencer par les normales-5. Jeudi, il a effectué cinq coups sur chacun d’eux. C’est comme s’il avait commis quatre bogueys.

Il en a particulièrement arraché dans Amen Corner, la fameuse section de trois trous dans la partie la plus éloignée du parcours. Un mauvais coup de départ au 11e a mené à un boguey. Il en a commis un autre au 12e, la normale-3 la plus courte du terrain, après avoir expédié son coup de départ dans l’eau. Enfin, il a raté un roulé de 12 pieds pour un oiselet au 13e.

Avec une fiche de plus-3, Woods semblait destiné à s’écrouler. Mais il a su tirer les marrons du feu grâce à des oiselets aux 14e et 16e trous. Il se sentait soulagé. « J’ai participé à un tournoi majeur, mais il y a aussi le fait que je suis de retour dans le tournoi alors que j’aurais pu tout gaspiller. J’ai travaillé fort pour remonter et je suis de retour dans la lutte. Il reste encore beaucoup de trous à compléter. »