La Corée du Nord ira aux olympiques de 2020 et de 2022, selon le CIO

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un (droite), s'entretient avec le président du Comité international olympique, Thomas Bach.
Photo: Agence de presse centrale coréenne (KCNA) via Agence France-Presse Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un (droite), s'entretient avec le président du Comité international olympique, Thomas Bach.

La Corée du Nord participera aux Jeux olympiques de 2020 et 2022, a assuré samedi le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach, après une rencontre avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang.

M. Bach a également indiqué que le CIO proposera un « potentiel défilé conjoint » des délégations des deux Corées lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux d’été de Tokyo 2020, ainsi que d’autres activités communes.

Les derniers Jeux d’hiver, qui se sont tenus à Pyeongchang (Corée du Sud) le mois dernier, ont été l’occasion d’un rapprochement considérable entre le Sud et le Nord isolé.

Les athlètes des deux pays avaient défilé ensemble lors de la cérémonie d’ouverture, et les deux Corées avaient constitué une équipe féminine commune de hockey sur glace.

Ce dégel doit déboucher sur une rencontre le 27 avril entre le dirigeant nord-coréen et le président sud-coréen Moon Jae-in. Ce sommet doit être suivi par un face-à-face historique entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump en mai.

Thomas Bach a déclaré samedi à l’aéroport de Pékin, à son retour de Pyongyang, que ses discussions vendredi avec Kim Jong-un avaient été « très ouvertes et fructueuses ».

« Ils nous ont annoncé qu’ils participeront aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, aux jeux Olympiques d’hiver de Pékin 2022, ainsi qu’à toutes les éditions des jeux Olympiques de la jeunesse », s’est-il félicité.

« Et cet engagement a été pleinement soutenu par le dirigeant suprême » nord-coréen, a souligné M. Bach.

Long différend

La participation de Pyongyang aux Jeux de Tokyo était loin d’être acquise, les relations étant historiquement tendues avec le Japon, ex-colonisateur de la péninsule coréenne durant la première moitié du XXe siècle et auteur d’atrocités durant la Seconde guerre mondiale.

De son côté, Tokyo reproche au régime nord-coréen d’avoir kidnappé dans les années 1970 et 1980 des Japonais ordinaires, souvent jeunes, afin de former des espions.

La Corée du Nord a participé à ses premiers olympiques lors des Jeux d’hiver 1964. Elle était depuis absente de nombreuses olympiades d’hiver. Aux Jeux d’été, elle est présente à chaque édition depuis 1972, mais en a boycotté deux : Los Angeles 1984 et Séoul 1988.

Selon l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a remercié vendredi le président du CIO pour sa contribution à l’actuel « dégel » des tensions dans la péninsule coréenne.

Thomas Bach était arrivé jeudi matin en Corée du Nord pour une visite historique de trois jours qui s’est achevée samedi. Elle faisait suite à une invitation du Comité national olympique nord-coréen.

La Corée du Nord, un État isolé et doté de l’arme nucléaire, accueille rarement des dignitaires étrangers mais a déployé récemment une intense activité diplomatique. Kim Jong-un a effectué son premier voyage à l’étranger en tant que dirigeant cette semaine en Chine, pour y rencontrer le président chinois Xi Jinping.

« Nouveau chapitre »

Lors de sa rencontre avec Thomas Bach, Kim Jong-un a déclaré que les Jeux de Pyeongchang avaient « ouvert un nouveau chapitre dans la détente entre le Nord et le Sud », selon KCNA.

Le leader nord-coréen « a estimé que les relations glaciales entre le Nord et le Sud ont connu un brusque dégel à l’occasion des Jeux et que le mérite en revenait aux efforts déployés par le CIO », a ajouté l’agence officielle nord-coréenne.

Thomas Bach a déclaré à la presse samedi à Pékin que le CIO « va continuer à soutenir les athlètes [nord-coréens] pour qu’ils puissent bien se préparer » aux prochains jeux Olympiques.

« Au moment opportun, le CIO fera une proposition pour un potentiel défilé conjoint, pour d’autres activités communes potentielles à Tokyo, et peut-être aussi pour Pékin », a indiqué M. Bach.

Kim Jong-un et Thomas Bach ont également discuté du développement du sport en Corée du Nord et ont assisté à une rencontre de football féminin.

Le président du CIO a salué la réconciliation en cours. Il avait déclaré que l’esprit olympique avait « rapproché » les deux voisins, qui ont délivré « un puissant message de paix » au reste du monde.