Mercedes donne le rythme lors des premiers essais au Grand Prix d’Australie

Le pilote britannique de chez Mercedes Lewis Hamilton s’extrait de sa voiture à la suite de la deuxième séance d’essais du Grand Prix d’Australie, qui marque la première course de la saison.
Photo: Asanka Brendon Ratnayake Associated Press Le pilote britannique de chez Mercedes Lewis Hamilton s’extrait de sa voiture à la suite de la deuxième séance d’essais du Grand Prix d’Australie, qui marque la première course de la saison.

Melbourne — Lewis Hamilton a envoyé un premier signal qu’il pourrait de nouveau être le pilote à battre en Formule 1, vendredi, en réalisant le meilleur temps des essais en vue du Grand Prix d’Australie.

Après avoir minimisé les chances de succès des Mercedes face aux Ferrari et aux Red Bull, le Britannique a négocié un tour de piste du circuit Albert Park en 1 minute 23,931 secondes par un après-midi ensoleillé à Melbourne.

« C’est bon de recommencer, a déclaré le patron de Mercedes, Toto Wolff. Nous avons eu un très bon test, bien meilleur que l’an dernier. Mais vous n’êtes jamais vraiment certain où cela va vous mener lors de la première course. »

Toutefois, l’écart entre Hamilton et Max Verstappen, de Red Bull, a été plutôt mince alors que le Néerlandais de 20 ans a fait stopper le chrono à 1 min 24,058 s.

Valtteri Bottas, le coéquipier de Hamilton sur Mercedes, qui a perdu du temps après être allé dans le gravier lors de la deuxième séance d’essais, s’est classé troisième, à un dixième de seconde de Verstappen.

Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel, tous deux Ferrari, se sont classés quatrième et cinquième.

« C’est certain que c’est toujours difficile d’interpréter les chronos, mais on peut se faire une petite idée que les Mercedes vont reprendre là où elles ont laissé l’an dernier », a reconnu Christian Horner, propriétaire principal de Red Bull.

Journée positive pour Stroll

Le Québécois Lance Stroll, sur Williams, a réalisé un temps de 1 min 25,543 s, bon pour le 14e échelon, tandis que son coéquipier Sergey Sirotkin s’est contenté de la 18e place, en 1 min 25,974 s.

« Quand je regarde les chronos, je pense que ce fut une journée positive, a analysé Stroll. À cause du drapeau rouge, j’ai dû rouler sur de vieux pneus. Alors, il y a sûrement quelques dixièmes de seconde à aller chercher là. Si vous me posez la question, je pense que nous sommes dans une bonne position. »

Vettel, qui s’est avéré un solide rival de Hamilton l’an dernier et qui avait fait part des améliorations à sa voiture, a surpris en terminant à une demi-seconde du champion en titre. Romain Grosjean a causé une autre surprise en guidant sa Haas vers un temps de 1 min 24,648 s, devant la Red Bull de Daniel Ricciardo.

Par ailleurs, les espoirs de Ricciardo de signer une cinquième victoire — et un premier podium devant les siens — ont subi un dur coup lorsqu’il a reçu une pénalité de trois positions sur la grille de départ, dimanche, pour avoir conduit trop rapidement pendant le drapeau rouge.

Les McLaren ont également bien réagi après un difficile début de journée alors que Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne ont réalisé les huitième et dixième temps.

La proximité des chronos de Hamilton et de Verstappen et le mince écart qui sépare les pilotes en milieu de peloton laissent présager une séance de qualifications spectaculaire samedi. Par ailleurs, la météo pourrait jouer les trouble-fête alors que l’on prévoit de la pluie pour samedi et dimanche.