Gymnastique: une victime de Larry Nassar poursuit les autorités américaines

Alexandra Raisman estime que l’USOC et la Fédération américaine de gymnastique «savaient ou auraient dû être au courant» du comportement du docteur.
Photo: Matthew Dae Smith Associated Press Alexandra Raisman estime que l’USOC et la Fédération américaine de gymnastique «savaient ou auraient dû être au courant» du comportement du docteur.

Los Angeles — La championne olympique de gymnastique Alexandra Raisman a décidé de poursuivre la Fédération et le Comité olympique américains (USOC) « pour négligence » en raison de leur traitement des agressions sexuelles commises par Larry Nassar, ex-médecin de l’équipe des États-Unis qui a fait au moins 265 victimes, assurent vendredi les médias américains.

Dans la plainte, déposée en Californie mercredi contre l’USOC et la Fédération américaine de gymnastique, la gymnaste de 23 ans, elle-même victime de Nassar, estime que les deux organisations « savaient ou auraient dû être au courant » du comportement du docteur.

Nassar a été condamné à une peine pouvant aller jusqu’à 175 ans de réclusion pour avoir agressé au moins 265 victimes durant deux décennies, dans le plus grand scandale de l’histoire du sport américain.

Raisman a expliqué avoir été agressée par Nassar à de nombreuses reprises depuis 2010, dans différents endroits, dont le centre d’entraînement national, basé au Texas. Les agressions se seraient poursuivies en 2012, en plein Jeux olympiques, a ajouté celle qui était la capitaine de l’équipe américaine lors des JO de Londres et de Rio.

« Après tout ce temps, ils [le Comité olympique et la Fédération, NDLR] refusent de mener une enquête approfondie et, sans une connaissance solide de ce qui s’est passé, il n’y a aucune chance de voir les changements nécessaires mis en oeuvre », a assuré Raisman, qui avait réclamé fin janvier une enquête indépendante pour comprendre comment l’ancien médecin avait pu agresser des sportives en toute impunité, en prétextant administrer des massages pour soigner des blessures au dos ou aux hanches.

McKayla Maroney, Gabby Douglas et Jordyn Wieber, autres médaillées d’or olympique, figurent sur la longue liste des victimes du Dr Nassar, comme Simone Biles, vedette des Jeux de Rio en 2016, et Jamie Dantzscher, médaillée aux Jeux de Sydney en 2000.

« Je refuse d’attendre plus longtemps que ces organisations fassent ce qu’elles auraient déjà dû faire. J’espère que la justice les tiendra pour responsables et participera aux changements nécessaires », a-t-elle ajouté.

Le patron du Comité olympique des États-Unis, Scott Blackmun, a démissionné mercredi, officiellement « pour raison de santé » et dans le sillage de l’immense scandale des violences sexuelles qui secoue la gymnastique de haut niveau américaine.

Scott Blackmun, 60 ans, était à la tête du Comité olympique américain depuis huit ans et a indiqué souffrir d’un cancer de la prostate.