Curling, théières et Trois-Rivières

Le Royal Montreal Curling Club, vers 1905
Photo: Bibliothèque et Archives Canada Le Royal Montreal Curling Club, vers 1905

Sur les plaines d’Abraham, le 13 septembre 1759, les soldats écossais du 78e régiment des Fraser Highlanders chargent les troupes françaises en déroute avec leur épée à double tranchant, kilt au vent.

La victoire consommée, les soldats vont s’amuser, avec l’accord de leurs commandants, à un jeu de stratégie sur glace : le curling.

Ce sport est déjà ancien. Vient-il d’une pratique ancienne flamande, dont témoignent notamment les tableaux d’hiver de Brueghel, ou encore de vieux jeux écossais ? Nul ne le sait.

Mais ce sont en tout cas ces soldats écossais qui, les premiers, pratiquent ce sport ici. Cela avant même que leur régiment ne soit dissous et que plusieurs vétérans, plutôt que de retourner dans leur pays, épousent celui qu’ils ont conquis.

On raconte que les premières parties de curling sont jouées, faute de pierre de granit, avec des boulets de canon transformés en galet de fonte.

Ces boulets aux visées sportives sont fabriqués à Trois-Rivières, pays de forges s’il en est, célèbre alors pour ses ressources en fer. Les lourds galets de Trois-Rivières pèsent entre 21 et 30 kilogrammes. Ils ressemblent beaucoup, dit-on, à d’énormes théières.

C’est de là au fond que vient la domination du Canada dans ce jeu sans équivalent. Aujourd’hui, la pierre de curling, fabriquée en granite d’une type particulier, l’ailsite, doit peser au maximum 19,96 kilos.

Racines montréalaises

Au centre-ville de Montréal, boulevard de Maisonneuve, on trouve encore le Royal Montreal Curling Club, connu bien plus tard en français sous le nom de Club de curling le Royal Montréal (CCRM).

Fondé en 1807 dans une taverne par une vingtaine de marchands, le club a déménagé à quelques reprises, jusqu’à se fixer à son adresse actuelle en 1912. Il est le plus ancien club sportif encore en fonction en Amérique du Nord.

Difficile de cacher les origines très britanniques de ce sport, intégré aux Olympiques d’hiver dès les premiers Jeux de 1924. Fondé sous le règne du roi George III, le CCRM présente dans son effigie même la couronne britannique. La pratique de ce sport va se répandre un peu partout sur le territoire.

Qui s’étonnera que ce curieux jeu fasse régulièrement l’objet de contestations à titre de sport ? Inclus à la compétition lors des premiers Jeux olympiques de 1924, selon ce qui sera finalement démontré en 2006 seulement, le curling est retiré de la grille des épreuves pendant 74 ans avant d’être réintégré aux Jeux de Nagano en 1998.

La pression exercée par le Canada en faveur du curling aux Jeux olympiques contribue à ce qu’il ne retombe pas en disgrâce dans le monde du sport. Depuis les Jeux de Nagano, tant chez les hommes que chez les femmes, les équipes canadiennes ont systématiquement occupé les marches des podiums.

Les femmes ont été couronnées de l’or en 2014 à Sotchi. L’équipe canadienne masculine a quant à elle remporté l’or aux trois derniers Jeux. Les équipes canadiennes sont les plus récompensées au curling.

Nouveauté aux Jeux de Pyeongchang : le double mixte. Sans surprise, l’or est allé à l’équipe canadienne. Après tout, la fédération mondiale de curling a été fondée en 1966 à Vancouver.

Et si vous jouez au curling, les chances sont fortes pour que vous le pratiquiez en ce pays.