La reine Vonn entame sa quête de médailles d’or

La skieuse américaine Lindsey Vonn
Photo: Angelika Warmuth Agence France-Presse La skieuse américaine Lindsey Vonn

La superstar déboule ! La reine américaine Lindsey Vonn entame sa quête de double or olympique de la vitesse, avec le Super-G samedi, discipline dans laquelle elle est désormais plus en retrait, cinq jours avant la descente, mercredi prochain, aux JO 2018.

L’autre grande star du plateau, sa compatriote Mikaela Shiffrin, laisse encore planer l’incertitude quant à sa présence. Mais sa mère, qui l’entraîne, a fait comprendre ces dernières heures que l’enchaînement des courses (slalom géant remporté jeudi, slalom vendredi et Super-G samedi) s’annonçait trop lourd pour sa fille. Et ce, d’autant que le Super-G n’est pas sa spécialité, Shiffrin n’étant jamais montée sur un podium dans cette discipline en Coupe du monde.

Vonn, donc, doit occuper toute la place, samedi.

Sportivement, le moral est au beau fixe pour elle après son doublé début février, juste avant les Jeux, à Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), où l’Américaine a remporté les descentes de la Coupe du monde de ski alpin.

La star aux 81 succès sur le circuit majeur, à seulement cinq unités du record du Suédois Ingemar Stenmark, ne pouvait mieux lancer sa dernière campagne olympique à 33 ans.

Sourire et bien-être

Depuis son arrivée à Peyongchang,l’Américaine à la communication huilée multiplie les sourires et affiche son bien-être.

Mercredi, jour de Saint-Valentin, Vonn, ancienne compagne du golfeur Tiger Woods, mais désormais célibataire, s’est même permis de tenter un buzz sur Twitter en demandant à la cantonade à son million d’abonnés si un homme était près à « sortir avec elle ».

Nul ne sait si réponse intéressante il y a eu. La seule réponse que tout le monde attend, de toute façon, ce sera celle que l’Américaine donnera sur la piste, samedi.

Le palmarès de la « Wonder Woman » aux Mondiaux (deux titres) et encore plus aux Jeux (or de la descente et bronze du super-G en 2010) n’est pas à la mesure de sa place dans l’histoire de la Coupe du monde.

Aux Jeux de Pyeongchang, la blonde n’aura pas la vie facile face à la brune Italienne Sofia Goggia, qui se sent « plus sûre » également en descente.

Le match a débuté l’an dernier sur la piste de Jeongseon lors des épreuves pré-olympiques. Goggia y avait ouvert son palmarès en Coupe du monde, devançant Vonn sur le fil des centièmes aussi bien en descente (+0,07) qu’en super-G (+0,04).

À Garmisch-Partenkirchen il y a quelques jours, Vonn a pris sa revanche, devançant à son tour Goggia de peu (+0,02, +0,11).

L’Italienne et l’Américaine se sont presque croisées il y a six jours à Casa Italia, la structure d’accueil du Comité olympique national italien (CONI) à Pyeongchang.

À l’issue de la cérémonie d’ouverture des Jeux, Vonn était venue dîner italien. « J’adore les pâtes, je m’entraîne souvent en Italie, dans les Dolomites, et ma soeur habite Florence. Sofia est folle comme moi, c’est pourquoi nous nous comprenons. Nous avons été toutes deux souvent blessées et on aime partager le podium. C’est une personne bien », avait souligné la native du Minnesota.

Rivalité

« Il y a une rivalité saine. Nous sommes adversaires sur la piste. Après, nous sommes amies, nous rions, nous plaisantons », a pour sa part indiqué Goggia, âgée de 25 ans.

Mais, évidemment, hors piste, les deux ne jouent pas dans la même cour.

Attention toutefois à ce que les deux têtes de pont ne se fassent pas souffler la vedette par une outsider.

Aux pré-olympiques, Ilka Stuehec avait complété le podium les deux fois. Mais la Slovène, blessée, est absente du rendez-vous quadriennal.

Alors qui pour empêcher un nouveau duo Vonn-Goggia ? Les plus accréditées sont la Suissesse Lara Gut, de retour après une blessure cette saison, et la Liechtensteinoise Tina Weirather. Toutes deux possèdent l’engagement et la précision indispensables pour briller dans la discipline d’instinct qu’est le Super-G.

La Norvégienne Ragnhild Mowinckel, en pleine ascension, et l’Italienne Federica Brignone sont d’autres prétendantes au podium. De même que les Autrichiennes Anna Veith, tenante du titre conquis en 2014 sous son nom de jeune fille, Fenninger, et Nicole Schmidhofer.

À voir en vidéo