Une entreprise québécoise au coeur du village olympique à Pyeongchang

Les bracelets de l'entreprise québécoise Connect and Go contrôlent les entrées et les sorties des personnes accréditées dans le village olympique, à Pyeongchang. 
Photo: Connect and Go Les bracelets de l'entreprise québécoise Connect and Go contrôlent les entrées et les sorties des personnes accréditées dans le village olympique, à Pyeongchang. 

Dominic Gagnon participe cette année à ses premiers Jeux olympiques. Il n’est ni patineur ni hockeyeur et il n’a jamais fait de saut à ski. Il est plutôt cofondateur de l’entreprise québécoise Connect and Go, sélectionnée par le comité organisateur des Jeux de Pyeongchang pour distribuer des milliers de bracelets intelligents dans le village olympique.

Après avoir déployé leur technologie la semaine dernière pour une deuxième fois dans le cadre du Super Bowl, les dirigeants de la compagnie ont pris la direction de Pyeongchang pour distribuer plus de 10 000 bracelets intelligents à l’intérieur de l’enceinte du village olympique.

Ces bracelets contrôlent les entrées et les sorties des personnes accréditées. Ils peuvent également contenir des renseignements personnels, comme un contact d’urgence ou des renseignements nutritionnels, et permettent de payer sans sortir son portefeuille.

Dans un village où toute la planète se rassemble, les bracelets simplifient le paiement en donnant accès à une devise unique, soutient M. Gagnon.

Le Comité olympique canadien a d’abord approché Connect and Go pour utiliser sa technologie dans la Maison du Canada, ce qui a piqué la curiosité des organisateurs coréens. Sans même le demander, la compagnie québécoise a ainsi mis la main sur l’un de ses plus importants contrats depuis sa fondation en 2012.

« Les Jeux olympiques, c’est bon pour la crédibilité, affirme Dominic Gagnon. Le Super Bowl a une très forte résonance aux États-Unis, mais je pense qu’à l’échelle internationale, les Jeux olympiques résonnent encore plus fort. »

Le cofondateur de Connect and Go, qui a fait parler de lui en novembre dernier avec son projet de bracelet pour itinérants, profitera de son passage en Asie pour rencontrer des clients potentiels en Corée du Sud et au Japon. « Dans le marché des parcs d’attractions qu’on vise actuellement, l’Asie est l’endroit le plus florissant où la croissance est la plus rapide », note-t-il.

Pour l’entreprise québécoise, le mandat confié par les responsables des Jeux de Pyeongchang est en quelque sorte un projet-pilote en vue des Olympiques de 2020 à Tokyo. Le comité organisateur nippon a déjà montré de l’intérêt et Dominic Gagnon voit grand.

« À Pyeongchang, c’est un projet de 12 000 bracelets pour les athlètes et ceux qui se trouvent dans le village olympique, mais pourquoi ne pas élargir le projet à tous les participants et à tout le site olympique, ce qui voudrait dire des centaines de milliers de personnes ? »

D’ici là, il veut vivre l’expérience olympique sans retenue. « Ce sont mes premiers Jeux. J’espère que ce ne sera pas mes derniers. »