Internationaux d’Australie: Federer remporte son 20e titre en Grand Chelem

Roger Federer, très ému, a pu soulever et embrasser le trophée des Internationaux d’Australie pour une sixième fois en carrière.
Photo: William West Agence France-Presse Roger Federer, très ému, a pu soulever et embrasser le trophée des Internationaux d’Australie pour une sixième fois en carrière.

De retour où sa carrière avait pris un nouvel élan, Roger Federer, très ému, a pu soulever et embrasser le trophée des Internationaux d’Australie pour une sixième fois en carrière, dimanche.

Le Suisse a remporté son 20e titre du Grand Chelem, battant en finale le Croate Marin Cilic 6-2, 6-7 (5), 6-3, 3-6 et 6-1.

La deuxième tête d’affiche a battu la sixième en trois heures et trois minutes.

Après une disette de plus de quatre ans sans championnat majeur, avant Melbourne 2017, Federer a maintenant régné lors de trois des cinq derniers grands tournois.

« Je suis tellement heureux. Je n’arrive pas à y croire, a dit un Federer en larmes, le souffle court. C’est vraiment un rêve qui se réalise — le conte de fées se poursuit pour nous, pour moi… après la superbe année que j’ai connue, c’est incroyable. »

Le grand Rod Laver, dont le court central porte le nom, à Melbourne Park, était dans la foule et prenait des photos lors de cette journée marquant l’histoire : un premier vainqueur de 20 tournois majeurs.

Bel exploit

Federer a commencé à pleurer vers la fin de la cérémonie de remise du trophée, alors qu’il remerciait son équipe. « Je vous aime. Merci », a-t-il dit. Une ovation debout a suivi, alors que des larmes de joie coulaient sur le visage du champion.

À 36 ans et 173 jours, Federer est le plus vieux à tout remporter en Grand Chelem à part Ken Rosewall, titré à 37 ans en Australie, en 1972.

« De grandes félicitations à Roger et à son équipe. C’est fabuleux, a dit Cilic. J’ai vécu une super belle aventure en me rendant en finale. J’ai eu une petite chance au début de la cinquième manche, mais Roger a été formidable dans cette manche-là. »

On savait très tôt que la foule favorisait le Suisse, le rouge et le blanc étant omniprésents dans les gradins.

Federer a commencé le match en signant deux bris en trois jeux, envoyant Cilic vers son sac d’équipement pour une nouvelle raquette après une douzaine de points.

Federer n’a permis que deux points au service en première manche, réglée en 24 minutes.

En deuxième manche, Cilic a tiré profit de puissants coups droits pour s’imposer en bris d’impasse. Federer a répliqué en gagnant la troisième manche en 29 minutes. Dans le quatrième, il menait par un bris quand Cilic a repris du poil de la bête, forçant la tenue d’une manche ultime.

Cilic a eu deux occasions de bris au premier jeu de la dernière manche, les bousillant avec des fautes directes. Il a ensuite commis deux doubles fautes au jeu suivant et Federer a récolté un bris, prenant une avance qu’il allait conserver.