Chris Froome a échoué un test antidopage lors du Tour d’Espagne

Chris Froome a enlevé les honneurs de la Vuelta cette année.
Photo: Jose Jordan Agence France-Presse Chris Froome a enlevé les honneurs de la Vuelta cette année.

Chris Froome a testé positif à une substance dopante lors du Tour d’Espagne en septembre et il pourrait être suspendu du cyclisme professionnel avant de pouvoir tenter d’égaler un record en s’adjugeant un cinquième titre au Tour de France l’an prochain.

Froome a remporté son quatrième titre du TdF cette année, et il a enchaîné en enlevant les honneurs de la Vuelta. L’équipe Sky a toutefois indiqué mercredi que Froome, qui n’a pas encore été suspendu, affichait un taux de salbutamol, un médicament contre l’asthme, deux fois plus élevé que la limite permise par l’Agence mondiale antidopage (AMA).

« L’analyse a démontré une concentration de salbutamol de 2000 nanogrammes par millilitre (ng/ml), comparativement à la limite de 1000 ng/ml allouée par l’AMA », a mentionné l’équipe Sky.

Celle-ci a dit avoir été informée par l’Union cycliste internationale que son test d’urine avait été effectué le 7 septembre, soit pendant le Tour d’Espagne.

Froome a mentionné que l’UCI lui avait demandé de fournir des explications quant au test positif, réalisé pendant la 18e étape de la course qui s’est étalée sur trois semaines.

Le recours de Froome à un médicament contre l’asthme est bien documenté, et le cycliste a souvent été observé en train d’utiliser son inhalateur au coeur du peloton. Il a été questionné à maintes reprises à savoir s’il était un athlète propre, particulièrement pendant le TdF, et il a toujours nié avoir triché.

Le salbutamol est un médicament contre l’asthme vendu sous le nom commercial de Ventolin. L’AMA permet son utilisation seulement par l’entremise d’un inhalateur, et à faibles doses.