Le retour des Expos n’est pas compromis, selon Coderre

«Le rêve est toujours vivant», a déclaré Denis Coderre, malgré sa défaite à la mairie de Montréal.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne «Le rêve est toujours vivant», a déclaré Denis Coderre, malgré sa défaite à la mairie de Montréal.

Pour Denis Coderre, le projet du retour des Expos et du baseball majeur à Montréal n’est pas mort et n’a jamais été l’affaire d’un seul homme.

« En tout cas, je vais tout faire pour qu’ils reviennent. Ce n’est pas une personne qui va faire la différence, a déclaré le maire sortant au moment de dresser son bilan des quatre dernières années, mercredi, à l’hôtel de ville de Montréal. Mais soyons clairs : il faut y croire. Il faut s’investir, il faut être présent, il faut le vouloir. En bout de ligne, la façon dont on procède ou on construit, c’est une chose, mais le maire de Montréal doit aussi être un promoteur. Si on y croit, il faut qu’on mette du sien. »

M. Coderre a été battu dans la course à la mairie par Valérie Plante. Au cours de la campagne, cette dernière n’a jamais déclaré être contre un retour du baseball. Ce à quoi elle s’oppose, c’est à l’idée d’investir l’argent des Montréalais dans la construction d’un stade sans les consulter au préalable.

« Le rêve est toujours vivant, a ajouté le maire sortant. Je crois que Montréal est une ville multisports et le baseball est l’un de ceux-là. Si vous voulez vraiment ramener les Expos, la mairesse devra s’impliquer. Il ne s’agit pas seulement de dire que vous tiendrez un référendum. Elle a dit qu’elle aimait “Nos Z’Amours” ? OK, maintenant, il faut le montrer. »

Ces propos rejoignent ceux exprimés par une personne très au fait du dossier au baseball majeur, qui avait indiqué à La Presse canadienne qu’il « y a une énorme différence entre ne pas être opposé au projet et s’engager à faire ce qui sera nécessaire pour qu’il se concrétise ».

Premiers commentaires de Bronfman

Par ailleurs, Stephen Bronfman a offert ses premiers commentaires quant à l’élection de Mme Plante et à son projet de ramener le baseball à Montréal, mardi au 98,5 FM.

« Nous avons quelque chose de concret qui va au-delà de la politique, a-t-il déclaré dans un échange de courriels. Le sport nous unit et il est capable de traverser toutes ces épreuves. Comme disait le défunt [journaliste sportif] Ted Tevan, nous sommes une ville de champions et nous avons été sans un club de baseball depuis trop longtemps.

« Nous comptons toujours sur l’aide de Warren Cromartie, de Denis Coderre [même aujourd’hui, comme simple amateur de baseball], sur d’autres intérêts locaux et sur la MLB elle-même. Nous sommes de fiers Montréalais et nous espérons un jour ramener les Expos à Montréal. »

6 commentaires
  • Marguerite Paradis - Abonnée 9 novembre 2017 06 h 54

    DES MONSIEURS QUI N'ONT RIEN COMPRIS DE L'ÉLECTION MUNICIPALE

    Monsieur Coderre, est-ce que vous avez besoin d'un dessin en plus de votre défaite?
    Vu votre expérience, je pensais sincèrement que vous aviez plus d'introspection que cela.
    Si monsieur Bronfman veut une équipe qui se la paye et qu'il donne son nom à cette équipe.

    M.P

  • Pierre Samuel - Abonné 9 novembre 2017 08 h 49

    Au revoir... ils sont partis !

    Alors que le nouveau président du Comité exécutif, M. Benoit Dorais, vient de constater un trou de 35 millions dans le budget municipal, l'ex-héritier de Jean Drapeau et son compère multimillionnaire, présumément adepte des paradis fiscaux, Stephen Bronfman, "s'inquiètent" en priorité du retour des Expos dans un stade inexistant pour lequel l'ex-premier magistrat de la métropole a toujours refusé de se prononcer quant à une éventuelle ponction de fonds publics ! Ouf ! Quelle engeance !

  • Pierre Samuel - Abonné 9 novembre 2017 10 h 18

    ERRATA:

    Il s'agit plutôt d'un "trou" de 358 millions$...On l'a vraiment échappée belle !

    • Serge Pelletier - Abonné 9 novembre 2017 16 h 28

      Comme tout bon "nouveau gouvernement", il y a toujours découverte d'un trou de centaines de millions de $$$ qui a été camouflé et laissé par le GV précédent.

      Une vraie de vraie comédie... d'autant plus que Ô miracle, le trou est découvert immédiatement, dans les 2 jours...

      Tous ceux qui connaissent le moindrement l'administration publique savent très bien que tous les postes budgtaires fonctionnent par des numéros d'accomptes, que ces numéros ne signifient aucunement que les $$$ qui y figurent sont réelles ou ont été allouées réellement à ce poste...

      Pourquoi croyez-vous que l'UPAC peine à établir des preuves...

      Et une petite femme souriante sans expérience dans le domaine peut en quelques heures trouver un trou de 358 millions de $$$... Qu'il y ait des écarts entre le budget déposé, et les dépenses réelles ne fait aucun doute... Mais d'être capable de le chiffré aussi précisément relève plus d'une raison pour justifier le report, ou l'annulation pure et simple, de certaines promesses électorales... Promesses qui soit dit en passant sont tout le temps faites sur le bras des contribuables...

  • Serge Pelletier - Abonné 9 novembre 2017 16 h 15

    Le rêve... qui va tourner rapidement au cauchemar s'il se réalise

    Si le Père Bronfman a laissé partir le club, s'était parce, entre autes, que les assistances ne permettaient pas de payer les salaires des joueurs, d'une part, et d'autre part parcequ'il était "tanné" d'y engloutir annuellement des millions de dollars... Sans résultat tangible à court ou moyen termes.

    Si ces nouveaux adeptes millionnaires ou multimilionnaires de baseball en veulent un club, et bien qu'ils se mettent ensemble, qu'ils puisent dans leurs propres proches pour payer le terrain au prix réel du marché, la construction de leur "nouveau stade", les salaires des joueurs et autres employés...

    Il serait grand temps que ces messieurs "de la haute" cessent de vouloir des ci et des ça au fais des payeurs de taxes. Qui quant à eux sont égorgés de tous bords avec des taxes de ci et de ça.

    Personnellement je rêve d'habiter Summet Cyrcle... Est-ce que Bronfman va me donner la maison de ses parents, payer les taxes, payer les serviteurs et l'entretien de la cabane sur la montagne... NON. Il va me dire que j'ai juste à travailler et à ramasser l'argent pour lui acheter la maison. C'est la même chose pour son club de baseball, lui et ses petits copains, qu'ils se le paient le club... Et sans aucune subventions s'ils-vou-plait.

  • Raymond Labelle - Abonné 9 novembre 2017 16 h 37

    Expos: ça coûte ou ça rapporte à la municipalité?

    Les coûts directs pour la municipalité, plus les coûts indirects (faveurs fiscales, etc.) - plus concret que d'estimés et hypothétique retombées, qui ne retournent pas nécessairement à la municipalité - surtout si les profits aboutissent dans des paradis fiscaux.

    On veut une étude objective - menée par une université.

    Qu'ont donc certains pouvoirs publics (pas tous, heureusement) à vouloir du sport professionnel, ou des Olympiques, même quand ça coûte les yeux de la tête. L'épisode du Centre Vidéotron à Québec en est un triste exemple, mais on pourrait voir ce qui en est pour plusieurs villes dans le monde ou, en tout cas, dans le ROC et aux États-Unis.

    Une étrange notion de publicité, un esprit "Elvis Gratton" de se mettre sur la mappe? Quoiqu’on trouve ça partout dans le monde - on n'est pas les pires - mais ça fait quand même un peu dur.

    La Sainte-Flanelle, l'Impact et les Alouettes, c'est très bien, je ne suis pas contre. Mais pas besoin de plus.

    D'ailleurs, on pourrait vraiment se débarrasser de la Formule-1, qui attire la racaille en ville (je parle d'un certain public, pas des pilotes ou de leurs équipes), et n'est pas un sport très édifiant.