Le Canadien peu incisif contre les Devils

Jesper Bratt (no 63) a marqué un des quatre buts des Devils, jeudi soir.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Jesper Bratt (no 63) a marqué un des quatre buts des Devils, jeudi soir.

Le Canadien de Montréal a subi un troisième revers en autant de sorties en matchs préparatoires, et un deuxième en autant de soirs au Centre Bell, alors qu’il s’est incliné 4-1 aux mains des Devils du New Jersey, jeudi.

Le seul but du Tricolore est allé au défenseur Éric Gélinas, un ancien des Devils, contre le gardien Keith Kinkaid lors d’un avantage numérique en deuxième période. Kinkaid a joué tout le match et a fait face à 29 rondelles.

Carey Price a également passé toute la soirée devant le filet du Canadien et il a cédé devant Mirco Mueller, en première période, Nico Hischier, au deuxième vingt, et Jesper Bratt, à mi-chemin du dernier tiers. Price a reçu 31 tirs.

Bratt a inscrit un deuxième but dans un filet désert avec 16,3 secondes à jouer à la troisième période.

Avec une formation semblable à celle qui avait affronté les Bruins de Boston au Centre Vidéotron lundi soir, sans trop de panache d’ailleurs, le Canadien a été à peine plus incisif contre les Devils.

En première période, lors de laquelle la formation montréalaise a été limitée à seulement sept tirs, c’est Jeff Petry qui s’est avéré le plus menaçant, avec deux bons tirs, dont un lors d’un avantage numérique.

Au deuxième vingt, il a fallu que les Devils écopent trois pénalités dans un intervalle de 28 secondes, dont deux simultanées à 16:49, pour que le Canadien impose sa présence en territoire rival. Durant cette séquence, le Tricolore a obtenu six tirs, mais quatre d’entre eux sont venus de Petry et de Gélinas à la ligne bleue.

Par ailleurs, si des joueurs comme Charles Hudon et Victor Mete avaient profité de la visite des Capitals de Washington, mercredi, pour s’imposer et marquer d’importants points, on ne peut en dire autant d’attaquants comme Michael McCarron, Jason De La Rose, Daniel Carr et Andreas Martinsen.

McCarron a bien donné quelques mises en échec, mais il n’a rien généré en attaque et a terminé le match sans un seul tir au but, comme De La Rose et Carr d’ailleurs. Parmi les jeunes en audition, Nikita Scherbak a été un peu plus visible.

Le Canadien n’évoluera pas au Centre Bell avant le vendredi 29 septembre, alors que les Panthers de la Floride seront les visiteurs. Entre-temps, les hommes de Claude Julien se rendront à Ottawa samedi, à Toronto lundi et à Québec mercredi pour y affronter les Maple Leafs.

3 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 22 septembre 2017 04 h 44

    ... ENNUYANTE !

    Zut !

    Si, pendant les matchs préparatoires, l'équipe s'épuise, la saison de hockey du Tricolore risque d'être ...

    ... ENNUYANTE ! - 22 sept 2017 -

  • Raymond Chalifoux - Inscrit 22 septembre 2017 08 h 38

    Peux pas croire...

    ... qu'encore une fois, pendant 10 mois, on va se faire casser les oreilles ad nauseam à propos de tout et de rien relativement à une équipe médiocre qui n'a aucune chance d'accomplir quoi que ce soit de remarquable. Pis d'abord, y en a n'a pas, d'équipe, à Mtl! Y a un goaler, un jeune marqueur, pis un coach recyclé, that's it!

    On s'en reparle le premier mai, si vous voulez. Salut!

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 22 septembre 2017 13 h 29

      « On s'en reparle le premier mai » (Raymond Chalifoux)

      Mais, avant cette date, il est à espérer que l’Équipe développe un peu de fierté et qu’il cesse de s’absenter pendant les matchs, mêmes préparatoires !

      Vous savez, du temps des Maurice Richard, des Jean Béliveau et des Guy Lafleur, les joueurs se présentaient en forme et avec un esprit d’équipe extra : Lorsque l’équipe perdait ou gagnait, d’exemple, elle gagnait ou perdait avec FIERTÉ !

      Mais, aujourd’hui, on-dirait que le Tricolore …

      … ?!? … ! - 22 sept 2017 -