Daniel Ricciardo continue d’impressionner avec ses dépassements éblouissants

Le pilote australien de l’écurie Red Bull Daniel Ricciardo
Photo: Andrej Isakovic Agence France-Presse Le pilote australien de l’écurie Red Bull Daniel Ricciardo

Daniel Ricciardo commence à prendre l’habitude de remonter le peloton de la F1 grâce à ses dépassements éblouissants.

Le pilote de l’écurie Red Bull a remporté la cinquième victoire de sa carrière au Grand Prix d’Azerbaïdjan en juin après avoir pris le départ de la 10e position et il a obtenu la cinquième place au Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet après être parti en fond de grille.

L’Australien a remis ça dimanche au Grand Prix d’Italie, se faufilant à travers ses rivaux pour terminer au pied du podium après avoir reçu une autre pénalité, qui l’avait relégué à la 16e place au départ.

« Deux de mes courses préférées cette année ont commencé en fond de grille — Silverstone et celle-ci, a précisé Ricciardo. J’avais un véritable rythme à la fin. »

Ses dépassements à Monza ont ajouté un peu de piquant à une course survolée du début à la fin par Lewis Hamilton.

« Je pense qu’il est l’un des meilleurs pilotes dans l’art du dépassement. Il est capable de freiner très tard tout en conservant la corde. C’est du Mansell tout craché ! » a déclaré le directeur technique de Red Bull, Christian Horner, en faisant référence à Nigel Mansell, champion du monde en 1992.

Ricciardo a quelque peu fait patiner ses pneus au départ, ce qui l’a empêché d’améliorer sa 16e position. Mais il n’a pas perdu de temps à effectuer une autre remontée.

À la conquête de Raikonnen

Après un dépassement de la Force India de Sergio Perez à la deuxième chicane qui a permis à Ricciardo de s’installer parmi le top 10, il a été le dernier des meneurs à s’arrêter aux puits.

Un arrêt parfaitement orchestré a placé Ricciardo en position de s’attaquer au pilote Ferrari Kimi Raikkonen.

Au 41e des 53 tours de la course, Ricciardo a doublé Raikkonen au bout de la principale ligne droite quand le Finlandais a freiné plus tôt à l’entrée de la première chicane.

« Je lui reconnais le mérite d’avoir fait preuve d’esprit sportif, mais, pour être honnête, j’aurais fait ce dépassement, peu importe le pilote, a mentionné Ricciardo. Surtout quand tu remontes le peloton et que tu as un bon rythme, l’adversaire a peu d’importance. »

Installé à la quatrième position, Ricciardo s’est mis à la chasse de Sebastian Vettel dans l’autre Ferrari.

Ricciardo retranchait plus d’une seconde à l’avance de Vettel à chaque tour sur l’anneau de vitesse de Monza — et il a signé le tour le plus rapide dans le processus —, mais il a fini par manquer de temps.

« Je pouvais voir Seb, et l’idée d’un podium était tentante. J’ai donc essayé de le rattraper jusqu’à la fin, a ajouté Ricciardo. Mais je pense qu’il a réussi à accélérer un peu son rythme et j’ai exploité au maximum mes pneus. »

Ce résultat a néanmoins permis Ricciardo d’accroître son avance sur Raikkonen dans la bataille pour la quatrième place du classement des pilotes. Ricciardo a glané deux points de plus que Raikkonen et a maintenant six points d’avance avec sept courses à disputer.

« Les gars ont réalisé l’arrêt aux puits le plus rapide et j’ai également réussi le tour le plus rapide, donc ce n’est pas mal, a encore dit Ricciardo, parmi les favoris des amateurs à Monza en raison de ses racines italiennes. Vous pouvez presque la qualifier de journée parfaite. Nous n’aurions pas pu faire beaucoup mieux compte tenu de notre position au départ.Bien sûr, je voulais grimper sur le podium même si ça semblait irréel, mais je crois que cela viendra l’année prochaine. »


Alonso attend du changement chez McLaren avant de décider pour son avenir

Madrid — Le pilote Fernando Alonso a déclaré qu’il allait attendre la décision de McLaren sur un éventuel changement de moteur avant de prendre la sienne sur son avenir au sein de l’écurie britannique de Formule 1, mardi sur la chaîne privée espagnole Antena 3. « McLaren et Ferrari sont les écuries historiques de la F1. Et trois ans sans être compétitifs pour des écuries de ce calibre, c’est la limite, a souligné Alonso. Ils doivent trouver une solution, l’une d’elles serait de changer de moteur, et je vais attendre logiquement leur décision avant de prendre la mienne », a précisé le double champion du monde 2005 et 2006. Depuis son arrivée en 2015 dans l’écurie britannique en provenance de la Scuderia, Alonso, 36 ans, vainqueur de 32 Grands Prix dans sa carrière, n’est jamais monté sur le podium. Agence France-Presse


À voir en vidéo