L’Impact veut garder les pieds sur terre

Pour éviter un dur retour sur terre, Ciman croit que tout passera par le travail à l’entraînement cette semaine.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Pour éviter un dur retour sur terre, Ciman croit que tout passera par le travail à l’entraînement cette semaine.

Malgré quatre victoires de suite, le mot d’ordre chez l’Impact est de « garder les pieds sur terre », a rappelé le défenseur Laurent Ciman, mercredi, lors du retour de l’équipe à l’entraînement.

La formation montréalaise connaît ses meilleurs moments depuis son parcours qui l’a menée jusqu’en finale de l’Association Est l’automne dernier. Le Toronto FC est l’équipe qui avait alors stoppé l’Impact, et c’est à nouveau le TFC qui se retrouvera dans le chemin de la troupe de Biello dimanche.

« C’est la meilleure équipe de la ligue, je ne peux pas le nier, a affirmé Ciman. Mais je m’en fous. Nous nous occupons de nous. Nous savons où nous sommes au classement. Nous travaillons pour nous. Nous ne travaillons pas pour Toronto. »

« Il faut garder les pieds sur terre, sinon nous allons recevoir une grosse claque dimanche. »

Pour éviter un dur retour sur terre, Ciman croit que tout passera par le travail à l’entraînement cette semaine.

« Nous pouvons rigoler avant et après l’entraînement, mais il faut travailler pendant celui-ci, a dit le Belge âgé de 32 ans, lui-même un des bouffons de l’équipe. Nous devons continuer sur les bases de notre succès pour continuer à aller de l’avant, sinon nous allons nous faire avoir par un adversaire redoutable. »

Samuel Piette

Tout fonctionne présentement pour l’Impact. L’équipe a inscrit trois buts dans trois matchs d’affilée pour une première fois depuis son arrivée en MLS en 2012. Et pendant qu’Ignacio Piatti et Blerim Dzemaili remplissent les filets adverses, la défensive semble avoir trouvé ses repères, particulièrement depuis l’intégration de Samuel Piette comme milieu de terrain défensif.

En trois matchs avec Piette dans la formation, l’Impact a accordé un seul but.

« Il y avait beaucoup de doutes, beaucoup de changements en raison des blessures, a rappelé Ciman en revenant sur les difficultés de l’équipe. C’était difficile d’enchaîner les matchs avec la même unité défensive. Là, il y a une stabilité. Il y a Sam qui est arrivé aussi. Nous faisons de petites choses qui font la différence. Nous avons retrouvé un certain équilibre et nous prenons confiance. »

« Il y a beaucoup de facteurs, mais je pense que nous avons éliminé les erreurs que nous faisions en début de saison », a renchéri Biello au sujet de la défensive.

L’Impact veut garder les pieds sur terre pour être fin prêt pour le Toronto FC