Piatti marque deux buts dans une quatrième victoire de suite pour l'Impact

Le joueur de l'Impact Ignacio Piatti
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le joueur de l'Impact Ignacio Piatti

Ignacio Piatti a encore connu un match spectaculaire en ajoutant deux buts à son total et il a aidé l’Impact de Montréal à grimper au-dessus de la ligne rouge au classement dans l’Association Est grâce à une victoire de 3-1 face au Real Salt Lake, samedi.

Anthony Jackson-Hamel a aussi fait plaisir aux 19 541 spectateurs en touchant la cible pour l’Impact (10-8-6), qui a doublé l’Atlanta United au sixième rang dans l’Est. Atlanta a toutefois deux matchs en main sur la formation montréalaise.

Piatti, qui a manifesté son mécontentement concernant les négociations d’une prolongation de contrat après la victoire de 3-0 mercredi face au Fire de Chicago, totalise 14 buts en 19 matchs cette saison.

L’Argentin âgé de 32 ans a également inscrit six buts lors des quatre dernières rencontres, aidant l’équipe à gagner quatre parties d’affilée lors de la même saison régulière pour une première fois depuis mars 2013. De plus, l’Impact a marqué trois buts dans trois matchs de suite pour une première fois depuis son arrivée en MLS en 2012.

Luis Silva a fourni la réplique du Real Salt Lake (8-13-5), qui avait un dossier de 3-0-3 à ses six dernières sorties.

L’Impact sera de retour en action dimanche prochain, quand il accueillera le Toronto FC.

Nacho, encore et toujours

Signe des choses à venir, Piatti a été le premier à cogner à la porte dès la quatrième minute de jeu. Sa frappe a toutefois été bloquée en défensive.

Jackson-Hamel s’est ensuite échappé seul devant le gardien Nick Rimando à la huitième minute, mais il a mal ajusté sa dernière poussée du ballon et n’a jamais pu tirer.

Piatti a finalement ouvert la marque à la 11e minute. Jackson-Hamel a attiré la défensive du Real Salt Lake vers le centre du terrain, avant de rejoindre Blerim Dzemaili dans l’espace. En situation de deux contre un, Dzemaili a réussi une passe parfaite vers Piatti, qui n’a pas l’habitude de rater pareille occasion.

Des petites erreurs des locaux en défensive ont permis au Real Salt Lake de menacer à leur tour et ils ont finalement répliqué à la 26e minute. Silva a complété un échange rapide avec Albert Rusnak et a surpris le gardien Evan Bush à l’aide d’une puissante frappe.

Ce but mettait fin à une séquence de 284 minutes de Bush sans accorder de but, la sixième plus longue cette saison en MLS.

Piatti a rappelé au Real Salt Lake que c’était lui qui était responsable du spectacle et il a redonné les devants au Bleu-blanc-noir dès la 29e minute. Posté au coeur de la surface de réparation des visiteurs, Jackson-Hamel a donné le ballon en retrait à Piatti. L’Argentin a ensuite calmement débordé le défenseur Tony Beltran avant de surprendre Rimando avec un tir à contre-courant.

Bush a ensuite permis à l’Impact de retraiter au vestiaire avec l’avance, réalisant un bel arrêt à la 43e minute sur une déviation à bout portant de Silva après un autre échange avec Rusnak.

Jackson-Hamel a relancé le bal au retour de la pause, faisant bouger les cordages à la 47e minute. Louis Béland-Goyette a placé le ballon dans l’espace derrière la défense du RSL et Jackson-Hamel a parfaitement synchronisé sa course pour le récupérer et battre Rimando.

Les deux équipes se sont échangé une frappe sur le poteau, à la 54e minute pour Dzemaili et à la 60e pour Silva. Dzemaili et Jackson-Hamel ont aussi raté des occasions en or pour l’Impact, imprécis lors du dernier geste. De son côté, Piatti a cru pendant quelques instants avoir complété son tour du chapeau à la 56e minute, mais le but a été refusé puisqu’il était hors jeu.

Comptant déjà sur un onze partant avec cinq joueurs différents que lors de la rencontre de mercredi, l’entraîneur-chef Mauro Biello a continué à offrir des minutes de jeu à ceux qui en ont moins eues depuis le début de la campagne.

Andrés Romero a même été envoyé dans la mêlée pour le dernier quart d’heure. Le retour au jeu de l’Argentin en juin avait été écourté par une blessure à une cuisse.

2 commentaires
  • Patrick Boulanger - Abonné 20 août 2017 06 h 58

    Pourquoi ne pas franciser le sigle MLS (Major League Soccer) en adoptant LMS (Ligue majeure de soccer) comme sigle?

    • Jeannine Laporte - Abonnée 20 août 2017 18 h 33

      Je suis parfaitement d'accord avec vous, M. Boulanger. Et que les joueurs étrangers qui jouent pour l'Impact, apprennent d'abord le français et l'utilisent lors des rencontres avec les journalistes. Quand même, Bush est ici depuis assez longtemps pour nous parler en français et Mancosu devrait apprendre d'abord le français, s'il planifie rester avec l'Impact.