Le Canada obtient le bronze au relais mixte aux Mondiaux de natation de Budapest

Yuri Kisil, Penny Oleksiak, Richard Funk et Kylie Jacqueline Masse lors de la remise de leur médaille
Photo: Darko Bandic Associated Press Yuri Kisil, Penny Oleksiak, Richard Funk et Kylie Jacqueline Masse lors de la remise de leur médaille

Le Canada a décroché la médaille de bronze au relais 4x100 m mixte, mercredi, aux Championnats du monde de natation de Budapest, en Hongrie.

L’équipe canadienne formée de Kylie Masse, Richard Funk, Penny Oleksiak et Yuri Kisil a parcouru la distance en 3 minutes et 41,25 secondes, soit 2,69 secondes derrière les gagnantes, les Américaines.

Matt Grevers, Lilly King, Caeleb Dressel et Simone Manuel ont enlevé les honneurs de la finale tenue en soirée, après avoir facilement éclipsé la marque de 3:40,28 réalisée par un quatuor américain complètement différent — Ryan Murphy, Kevin Cordes, Kelsi Worrell et Mallory Comerford — pendant les préliminaires en matinée.

L’Australie a terminé deuxième, devant le Canada et la Chine, ex aequo.

Nouvelle discipline au JO

Le relais mixte a été ajouté au programme des Mondiaux de natation il y a deux ans à Kazan, en Russie, où le Royaume-Uni avait établi la marque précédente en 3:41,71. Cette épreuve fera partie du programme olympique pour la première fois aux Jeux d’été de Tokyo en 2020.

Au total, sept records mondiaux ont été réalisés cette année aux Mondiaux de Budapest.

Un peu plus tôt en journée, la tentative de Katie Ledecky de s’adjuger six médailles d’or aux Championnats du monde de natation s’est soldée par un échec, lorsqu’elle a été battue par l’Italienne Federica Pellegrini au 200 m style libre.

Ledecky s’est contentée de la médaille d’argent, à égalité avec l’Australienne Emma McKeon.

McKeon a connu un départ canon, mais Ledecky l’a rejointe au dernier virage. Puis, de nulle part, Pellegrini a surgi devant elles et touché le muret en 1:54,73.

Ledecky et McKeon ont franchi la distance en 1:55,18.

Déception

C’est une déception pour Ledecky, qui n’avait jamais perdu en 12 courses au cours des trois derniers Mondiaux de natation. Elle avait déjà obtenu trois médailles d’or à Budapest. Ce disque d’argent signifie qu’elle ne pourra égaler la marque féminine de six médailles d’or de sa compatriote Missy Franklin, établie aux Mondiaux de 2013.

Debout dans les gradins du Duna Arena, les Hongrois ont encouragé leurs favoris, dont Katinka Hosszu, qui participait aussi au 200 m libre, et Laszlo Cseh, en lice au 200 m papillon. Hosszu n’a jamais inquiété ses rivales, et elle a terminé en septième place, à plus d’une seconde et demie de Pellegrini. Cseh est venu de l’arrière dans la dernière longueur, mais n’a pu rejoindre le Sud-Africain Chad le Clos, qui s’est adjugé l’or en 1:53,33. Cseh a grimpé sur la deuxième marche du podium, et il a tout de même pris le temps de saluer la foule présente. Le Japonais Daiya Seto a récolté le bronze.

D’autre part, le Britannique Adam Peaty a triomphé au 50 m brasse, une épreuve non olympique, bien que son temps fut décevant. Après avoir établi de nouvelles marques mondiales pendant les préliminaires et les demi-finales — il a signé un temps de 25,95 secondes —, Peaty a réalisé le deuxième meilleur chrono de l’histoire en 25,99. Le Brésilien Joao Gomes Junior a terminé deuxième, devant le Sud-Africain Cameron van der Burgh.

En fin de soirée, l’Italien Gabriele Detti a réussi la meilleure performance mondiale de l’année au 800 m libre en vertu de son chrono de 7:40,77. Il a devancé dans l’ordre le Polonais Wojciech Wojdak (7:41,73) et son compatriote Gregorio Paltrinieri (7:42,44).

Le Chinois Sun Yang, détenteur du titre sur la distance, n’a donc pu réaliser le triplé 200 m-400 m-800 m. Il a terminé cinquième.