Chris Froome sacré champion du Tour de France pour une quatrième fois

Chris Froome n’est qu’à une victoire du record détenu par Anquetil, Merckx, Hinault, Indurain.
Photo: Jeff Pachoud Agence France-Presse Chris Froome n’est qu’à une victoire du record détenu par Anquetil, Merckx, Hinault, Indurain.

L’hymne britannique a encore résonné sur les Champs-Élysées, dimanche, pour saluer le nouveau succès de Chris Froome, son quatrième depuis 2013 dans le Tour de France.

 

Après le sprint gagné par le Néerlandais Dylan Groenewegen au terme de la 21e étape, Froome et ses deux suivants, le Colombien Rigoberto Uran et le Français Romain Bardet, ont pris place sur le podium de cette 104e édition, indécise jusqu’à la veille de l’arrivée.

Photo: Jeff Pachoud Agence France-Presse

« C’est le Tour le plus serré », a reconnu l’Anglais, qui l’avait annoncé avant le départ de Düsseldorf, le 1er juillet. Au bout des 3540 kilomètres, l’écart le séparant du deuxième (54 secondes sur Uran) est le plus faible des dix dernières années.

 

La tendance enregistrée l’an passé s’est confirmée : Froome, maintenant âgé de 32 ans, a perdu sa supériorité en montagne. Mais son équipe Sky reste — et de loin ! — la plus puissante du peloton et son registre personnel s’est considérablement élargi.

 

« Il ne lâche vraiment rien », constate le directeur du Tour, Christian Prudhomme. « Dès qu’il a la moindre possibilité, il cherche à l’exploiter. »

 

En retrait dans la grande étape des Pyrénées, où il a laissé le maillot jaune au champion d’Italie Fabio Aru pour un intérim de deux journées, Froome a contrôlé ses rivaux dans les autres massifs montagneux au programme. Pour asseoir sa victoire dans ce qui reste son point fort, le contre-la-montre.

Photo: Philippe Lopez Agence France-Presse Le Britannique Chris Froome dans le peloton de tête, lors de la dernière partie du Tour de France, avec l'Arc de Triomphe en toile de fond le dimanche le 23 juillet

Présence colombienne

 

« Cette année, la montagne n’a quasiment pas fait de différence entre les tout meilleurs », relève le directeur du Tour. « En revanche, les contre-la-montre font beaucoup plus d’écart, et c’est pour cette raison qu’on en a réduit la part afin d’éviter de verrouiller la course. »

 

En 36,5 kilomètres, à Düsseldorf puis à Marseille, Froome a creusé l’écart. Il s’est appuyé, pour le reste, sur le soutien d’une équipe assez forte pour s’offrir un champion du monde (Kwiatkowski) en guise de lieutenant et suppléer à l’abandon d’un coureur tel que le Gallois Geraint Thomas, à terre dans la descente d’un col jurassien. Tout comme l’Australien Richie Porte, censé être le principal adversaire de Froome au départ d’Allemagne.

 

Les autres grands noms n’ont pas vraiment existé dans ce Tour. Le Colombien Nairo Quintana a payé la fatigue du Giro. L’Espagnol Alberto Contador, au crépuscule de sa carrière, a accusé le poids des ans pour ce qu’il a annoncé être sa dernière apparition dans le Tour, dont il a gagné deux éditions (2007, 2009).

 

L’opposition est venue seulement de trois coureurs. Uran a maintenu la présence colombienne sur le podium, mais sans jamais passer à l’attaque. Bardet a longtemps porté les espérances françaises, avant de céder brutalement à la veille de l’arrivée.


À une victoire du record

 

Le grimpeur français a sauvé sa place sur le podium, pour une seconde, devant l’Espagnol Mikel Landa, annoncé pour sa part en instance de départ de l’équipe Sky. Depuis vingt ans — et Richard Virenque dans une époque totalement différente —, aucun coureur français n’avait affiché cette régularité dans le Tour.

 

Si le parallèle avec Virenque ne tient pas pour Bardet, hormis pour cette comparaison statistique, il s’impose pour l’autre Français qui a enflammé le Tour. Warren Barguil partage avec l’ex-icône du public le panache gratuit, le sens de l’offensive en montagne et un naturel expansif qui séduit les foules.

 

Le jeune Breton (25 ans) a bouclé le Tour avec deux étapes dans la musette et le maillot à pois de meilleur grimpeur dans la valise. Son compagnon de chambre, Michael Matthews, a ramené le maillot vert du classement par points. À Paris, c’est l’Australien qui a pris la suite du champion du monde, le Slovaque Peter Sagan (exclu dès le 4e jour pour sprint dangereux), au palmarès du classement par points.

 

Si Froome, qui n’est plus qu’à une victoire du record codétenu par quatre champions (Anquetil, Merckx, Hinault, Indurain), est un habitué du cérémonial des Champs-Élysées, Barguil et Matthews en sont les deux grandes nouveautés. Comme une nouvelle preuve que la jeune classe née dans les années 1990 prend peu à peu le pouvoir.

 

Il reste encore cette génération à détrôner le « roi » Froome.

 

« Il reviendra pour la victoire », promet son directeur sportif français, Nicolas Portal, en l’estimant en progrès sur « le mental », « la résistance au stress ». Rendez-vous le 7 juillet 2018, en Vendée, pour le coup d’envoi d’un parcours qui sera dévoilé le 17 octobre prochain.

L'équipe Sky récolte plus d'un million de dollars

Sky, l’équipe du vainqueur, le Britannique Chris Froome, a récolté plus d'un million de dollars (700 000 euros) sur le Tour de France 2017.

La part la plus importante de cette somme est représentée par le chèque de 500 000 euros (environ 761 000 dollars) remis au lauréat.

1 commentaire
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 23 juillet 2017 17 h 32

    Le Tour de France...

    je le regarde surtout pour la beauté des prises de vue extraordinaires...mais pas pour le verbiage des commentateurs et leurs interviews (la plupart en anglais) interminables.

    J'aimais bien le temps où l'on avait des "visites guidées" pendant le Tour.

    Autre commentaire ...4 ans que Froome et son équipe gagnent le Tour...suspect!
    Ça sent la dynastie...Armstrong.