Sergio Garcia s’impose au Tournoi des Maîtres

Sergio Garcia est devenu le troisième Espagnol à s’imposer à l’Augusta National. 
Photo: David Goldman Associated Press Sergio Garcia est devenu le troisième Espagnol à s’imposer à l’Augusta National. 

Sergio Garcia a finalement démontré qu’il a ce qu’il faut pour gagner un tournoi majeur, et il a un veston vert pour le prouver.

Jouant son meilleur golf dans le dernier droit du Tournoi des Maîtres, Garcia a effacé un retard de deux coups avec six trous à jouer, avant de défaire Justin Rose en prolongation et de mettre la main sur un premier titre majeur après presque deux décennies de misère.

Personne n’avait jamais participé à autant de tournois majeurs en tant que professionnel — 70 — avant de signer une première victoire.

Garcia a chassé ses vieux démons sur deux normales-5 importantes — l’une pour une normale, l’autre pour un aigle — et il a remis une carte de 69 (moins-3). Ce ne fut jamais facile jusqu’à ce que Rose envoie son coup de départ dans les aiguilles de pin sur la droite de la 18e allée au premier trou supplémentaire. Rose a ensuite raté un roulé de 15 pieds et il s’est contenté d’un boguey.

Cherchant la coupe en deux coups, Garcia n’a pas fait durer le suspense en calant un roulé de 12 pieds pour un oiselet et la victoire. L’Espagnol âgé de 37 ans a fléchi les genoux et serré les poings en guise de célébration.

Rose, qui a aussi joué 69, a ensuite fait l’accolade à Garcia, avant de lui donner un petit coup sur le coeur. Pendant ce temps, la foule scandait le nom du vainqueur.

Garcia s’est retourné vers les spectateurs et a lancé un baiser de la main avant de se pencher à nouveau et de déposer les poings sur le vert.

Il est devenu le troisième Espagnol à s’imposer à l’Augusta National, triomphant lors de ce qui aurait été le 60e anniversaire de naissance du regretté Seve Ballesteros.

Combatif

Garcia ne s’est pas laissé abattre après avoir raté un roulé de six pieds au 16e trou ou un autre de cinq pieds pour un oiselet et la victoire au dernier trou réglementaire.

Il a gardé la tête haute et il s’est battu jusqu’à la fin.

Pourtant, Garcia semblait se diriger vers un autre désastre quand il a vu son avance de trois coups fondre devant Rose, qui a réussi trois oiselets de suite avant la fin du premier neuf.

Garcia s’est rapidement retrouvé devant un déficit de deux coups après des bogueys aux 10e et 11e trous. Rose semblait prêt à porter le coup de grâce au 13e trou, une normale-5, quand Garcia a envoyé son coup de départ dans les plantes à la gauche de l’allée.

Tout le monde savait ce qui s’en venait, non ? Garcia avait déjà déclaré dans un moment de doute qu’il n’avait pas ce qu’il fallait pour gagner un tournoi majeur. Il avait terminé deuxième à quatre reprises. C’était la troisième fois qu’il se retrouvait dans le dernier groupe.

C’est finalement à ce moment que le vent a tourné en faveur de Garcia.

Il a dû accepter une pénalité d’un coup puisqu’il ne pouvait pas accéder à sa balle, mais il a tout de même trouvé le moyen d’inscrire la normale.

Garcia a ensuite inscrit un oiselet au 14e, avant de réussir un aigle au 15e trou, ce qui lui a permis de rejoindre Rose en tête.

Rose, vainqueur à l’Omnium des États-Unis, en 2013, et aux Jeux olympiques de Rio, l’été dernier, a repris les devants grâce à un oiselet au 16e, mais il a commis un boguey au 17e.

Les deux golfeurs ont raté des roulés pour des oiselets au 18e, puis Garcia a rapidement profité de l’erreur de Rose pour l’emporter en prolongation.

Le Sud-Africain Charl Schwartzel, champion du Tournoi des Maîtres en 2011, a terminé en troisième position à moins-6 après une ronde de 68.

Matt Kuchar, qui a réussi un as au 16e trou en route vers un score de 67, et Thomas Pieters (68) se sont partagé le quatrième rang à moins-5.

Adam Hadwin, d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, a connu sa meilleure ronde de la semaine en bouclant le parcours en 70 coups pour aboutir à égalité au 36e rang à plus-6.