Moins de blessures dans la NFL

Le secondeur des Broncos de Denver, Zaire Anderson, après s’être blessé au jeu
Photo: Jack Dempsey Associated Press Le secondeur des Broncos de Denver, Zaire Anderson, après s’être blessé au jeu

New York — Il y a eu moins de blessures, incluant les commotions cérébrales, dans la Ligue nationale de football en 2016, ont annoncé les autorités du circuit.

Notant que les joueurs rapportent de plus en plus souvent les blessures à la tête, les dirigeants de la ligue ont dévoilé des données, jeudi, qui révèlent que le nombre de commotions cérébrales en saison régulière et en matchs éliminatoires est passé de 275 en 2015 à 244 en 2016.

En saison régulière seulement, on a compté 167 commotions cérébrales en 2016, soit 16 de moins que lors de la saison précédente.

Les 275 commotions cérébrales répertoriées en 2015 ont représenté un sommet pour les cinq dernières années, et une augmentation de 69 par rapport à la saison précédente. Toutefois, les dirigeants de la NFL ont bonifié leurs protocoles de détection et d’examen des commotions cérébrales durant cette période.

Un changement de règlement visant à avancer à la ligne de 25 verges les remises en jeu lors de bottés de reprise non retournés n’a eu que très peu d’incidences sur le nombre de commotions cérébrales. Celles-ci sont passées de 20 à 17 dans de telles circonstances.

Explication

Pour expliquer cette baisse, la NFL, longtemps critiquée pour avoir sous-estimé l’ampleur du problème, a évoqué les 42 modifications du règlement depuis 2002, destinées à réduire la violence des chocs et à protéger les joueurs.

La NFL a également rappelé que, sur chaque match, 27 experts indépendants étaient chargés de surveiller si un joueur ne présentait pas les symptômes d’une commotion cérébrale.

Elle s’est également félicitée de l’évolution des mentalités au sein des équipes, permettant désormais aux joueurs de demander plus facilement à se soumettre au protocole de surveillance des commotions cérébrales, sans peur de perdre leur place.

« Ces chiffres sont encourageants, mais je suis encore loin d’être totalement satisfait », a indiqué le docteur Mitchel Berger, membre de la commission médicale de la NFL. « Nous devons encore les faire baisser », a-t-il affirmé.