Victoire de 4-1 - Le Canadien enterre les Rangers sous les quolibets

New York — Le Canadien a repris une avance de cinq points sur les Sabres de Buffalo dans la lutte qui oppose les deux équipes pour la dernière place donnant accès aux séries en défaisant les Rangers 4-1, hier, à New York. Les Sabres ont cependant un match en main.

Il s’agissait de la quatrième victoire de suite du Canadien au Madison Square Garden et ce gain a virtuellement enlevé les dernières chances aux Rangers, reculé à 13 points du huitième rang, de participer aux séries. L’édifice n’est plus rempli comme avant et les spectateurs présents se sont amusés à ridiculiser et huer leurs «favoris» tout en réclamant le limogeage du p.-d.g. et entraîneur Glen Sather aux cris de «Fire Sather!». Les Rangers ont une fiche de 4-13-2 à leurs 19 derniers matchs et sept de leurs 13 défaites ont été subies par une marge de trois buts ou plus.
Le Canadien a perdu un joueur dans la victoire, Jan Bulis ayant été blessé à la jambe droite vers la fin de la première période par une mise en échec du défenseur Feodor Tyutin, à son cinquième match dans la LNH.
Saku Koivu (11e), Mike Ribeiro (17e), Patrice Brisebois (4e) et Jason Ward (2e) ont marqué pour le Canadien. Koivu a ajouté deux mentions d’assistance, et Ribeiro, une. Brisebois a réussi ses quatre premiers buts de la saison à ses 12 derniers matchs. Jaromir Jagr a été le seul à répliquer et il a fallu un deuxième avantage de deux joueurs aux Rangers. Jagr a inscrit au moins un point à ses sept derniers matchs.
Il s’agissait du 300e match de José Théodore dans la LNH, et il a connu une soirée assez facile pour remporter sa 114e victoire, contre 138 défaites et 30 résultats nuls.

Mauvaises punitions
«Les mauvaises punitions sont un aspect de notre jeu qu’on doit améliorer», a prévenu Claude Julien en faisant référence aux deux longs avantages de deux joueurs concédés à la deuxième période. «Encore une fois notre exécution n’était pas à point et on s’est mis dans le trouble. Si on n’améliore pas cet aspect de notre jeu contre Ottawa, ça va être une autre histoire. Contre Ottawa, il va falloir jouer un match serré comme celui contre Calgary, ne pas donner d’espace.»
José Théodore a parlé dans le même sens que son entraîneur: «On s’est souvent fait remonter à la deuxième période récemment et ç’aurait pu arriver encore ce soir avec les punitions. On avait fait la même chose contre Ottawa sauf que les Rangers, eux, n’ont pu en profiter.»