Défaite en water-polo féminin - Le Canada en eau trouble

Imperia, Italie — La Russie, classée troisième au monde, a marqué à 90 secondes de la fin pour vaincre le Canada 6-5, hier, dans un match important pour les deux équipes lors de l'ouverture du tournoi de qualification olympique de water-polo féminin.

Cette victoire place les Russes dans une excellente position pour obtenir une des quatre dernières places disponibles pour les Jeux olympiques. Les espoirs du Canada pourraient maintenant reposer sur le résultat du match de jeudi soir contre l'équipe des Pays-Bas, classée sixième au monde.

«Nous devons oublier ce match, a déclaré la Montréalaise Ann Dow, capitaine de l'équipe canadienne classée quatrième au monde. Évidemment, j'étais de mauvaise humeur et déçue, mais nous avons encore une chance d'aller aux Jeux olympiques, même si ce sera plus difficile maintenant. Nous avons déjà surmonté des difficultés et nous pouvons certainement le faire encore.»

Le Canada figure dans le groupe A avec la Russie, les Pays-Bas, l'Allemagne, classée 10e au monde, et la République tchèque. Les deux premières équipes de chaque groupe, à la fin du tournoi rotation, se qualifieront pour les demi-finales et obtiendront leur qualification olympique.

Susan Gardiner, de Vancouver, a dirigé l'attaque des Canadiennes avec deux buts. Les autres sont allés à Dow, Marie-Luc Arpin, de Saint-Lambert, et Johanne Bégin, de Sainte-Foy.

En plus du match contre les Néerlandais, les Canadiennes affronteront l'Allemagne aujourd'hui et la République tchèque vendredi.

«La grande différence aujourd'hui, c'est que nous avons manqué de fini autour du filet adverse, a expliqué l'entraîneur-chef de l'équipe canadienne, Patrick Oaten. Avec plus de fini, nous aurions gagné par cinq buts. Et nous devons améliorer cela parce que nous devons battre l'Allemagne et la battre en marquant le plus de buts possible (au cas où il y aurait une égalité au classement).»