Le roi Usain Bolt conserve une autre couronne, André De Grasse deuxième

Le sprinter canadien Andre De Grasse (à droite) n’a pas réussi à renverser le roi du sprint, Usain Bolt, qui a remporté la médaille d’or du 200 mètres des Jeux olympiques de Rio jeudi soir. De Grasse a mérité une médaille d’argent et la médaille de bronze est allée au Français Christophe Lemaitre (à gauche), en 20,12 s.
Photo: Olivier Morin Agence France-Presse Le sprinter canadien Andre De Grasse (à droite) n’a pas réussi à renverser le roi du sprint, Usain Bolt, qui a remporté la médaille d’or du 200 mètres des Jeux olympiques de Rio jeudi soir. De Grasse a mérité une médaille d’argent et la médaille de bronze est allée au Français Christophe Lemaitre (à gauche), en 20,12 s.

Et de huit. C’est une autre course en or pour le roi du stade Usain Bolt, qui a conservé hier son titre de champion olympique au 200 mètres, son épreuve favorite, empochant sa huitième médaille d’or en carrière aux Jeux olympiques.

Sa deuxième médaille d’or des Jeux de Rio lui tendait les bras et il ne s’est pas fait prier pour la cueillir. Le Jamaïcain a facilement remporté l’épreuve, enregistrant un temps de 19,78 secondes, devant le Canadien Andre De Grasse (20,02 s) qui repart avec l’argent, et le Français Christophe Lemaitre (20,12 s) qui met la main sur le bronze.

Photo: Antonin Thuillier Agence France-Presse

Bolt en mission

Déterminée à battre le record du monde de 19,19 secondes qu’il avait lui-même établi en 2009 à Berlin, la supervedette n’a jamais levé le pied de l’accélérateur jusqu’à la toute fin, laissant le peloton à la traîne derrière lui. Il n’est toutefois arrivé qu’à égaler sa meilleure performance de la saison, soit son même temps que lors de la demi-finale mercredi.

Et fidèle à lui-même, il a ensuite fait les choux gras des photographes en multipliant une fois de plus les poses et les gestes d’amusement devant les lentilles. Il s’est aussi permis quelques égoportraits avec des compatriotes en bord de piste.

Prochain arrêt pour le champion des champions : le relais 4 fois 100 mètres, ce soir.

Rappelons que « l’Éclair » s’est donné pour mission un triple triplé, soit de remporter l’or au 100 mètres, 200 mètres et relais 4 fois 100 mètres pour une troisième fois, après avoir accompli l’exploit aux Jeux olympiques de Beijing en 2008 et de Londres il y a quatre ans.

Dernier chapitre de son épopée olympique, une victoire vendredi soir lui permettrait de rejoindre deux légendes au palmarès des athlètes les plus décorés des Jeux, le « Finlandais volant » Paavo Nurmi et l’Américain Carl Lewis, avec 9 médailles d’or.

La relève

200 m
1. Usain Bolt
19,782

2. Andre De Grasse
20,023

3. Christophe Lemaître
20,124

Dans une course aux allures de passage du flambeau, Andre De Grasse a salué la victoire Bolt.

Le jeune poulain poursuit sur sa lancée ascendante, lui qui a connu une bonne année en 2015, mettant la main en août sur deux médailles de bronze à ses premiers Championnats du monde, à Beijing. L’Ontarien se présentait sur la piste à Rio avec la ferme intention d’en repartir l’or au cou. Objectif qu’il devra remettre à plus tard devant la dominance, même sur un tartan mouillé après une faible pluie, de « l’immortel » Bolt.

Se disant meilleur au 200 mètres parce qu’il a plus de place pour accélérer, la jeune sensation tentait d’ajouter à sa récolte de la semaine, lui qui a remporté le bronze au 100 mètres dimanche.

Le jeune aspirant aux grands honneurs avait épaté la galerie en battant le record canadien au 200 mètres lors des demi-finales mercredi avec un temps de 19,80 secondes. Exploit qu’il n’a pu répéter, se contentant d’un temps au-dessus des 20 secondes.

Une complicité qui fait jaser

La foule attendait ses favoris avec impatience et, bien qu’ils n’aient pas couru côte à côte cette fois, le vétéran Bolt, qui aura 30 ans dimanche, et le jeune De Grasse, 21 ans, semblaient seuls sur le tartan tellement toute l’attention était sur eux.

Le sérieux de la compétition a toutefois rapidement repris le dessus. Les deux athlètes ont cette fois franchi la ligne d’arrivée le visage dépourvu du sourire espiègle qu’ils avaient affiché lors de demi-finales.

Les amateurs de sport avaient craqué pour la complicité qui animait le duo depuis la finale du 100 mètres dimanche dernier. Les deux favoris du public ont d’ailleurs récidivé de camaraderie mercredi lors des derniers mètres de la demi-finale du 200 mètres, échangeant plaisanteries alors qu’ils terminaient loin devant le peloton.

De Grasse était alors apparu dans l’angle mort de Bolt, obligeant celui-ci à fournir un dernier effort à quelques mètres de l’arrivée, mais Bolt, sourire aux lèvres, lui a signifié d’un geste du doigt que ce n’était pas la peine d’essayer.

Un geste que certains ont perçu comme un signe d’agacement du champion, à la suite de ses déclarations d’après course. « Ce n’était pas cool. Tu n’as pas besoin de faire ça en demi-finales, mais il est jeune et il va apprendre », avait alors dit le principal intéressé à un journaliste de la télé australienne.

De Grasse s’était défendu en affirmant dans une entrevue à Radio-Canada qu’il souhaitait seulement pousser Bolt « à atteindre son potentiel ».

Gatlin absent

Grand absent de la finale, Justin Gatlin a été éliminé à la surprise générale en demi-finales mercredi, avec un temps de 20,13 secondes. Méconnaissable sur la piste, l’Américain, gagnant de la médaille d’argent au 100 mètres dimanche, a attribué cette débâcle à des douleurs à la cheville droite qui l’auraient empêché de maintenir la cadence durant la course.