Les Yankees ont dépassé les limites du bon sens avec Rodriguez - Le propriétaire des Red Sox de Boston tire la sonnette d'alarme

Jason Dubois, des Cubs de Chicago, était déjà dans l’enclos de pratique, hier à Mesa en Arizona. Greg Maddux fera partie des Cubs cette année après avoir signé un contrat de trois ans d’une valeur de 24 millions.
Photo: Agence Reuters Jason Dubois, des Cubs de Chicago, était déjà dans l’enclos de pratique, hier à Mesa en Arizona. Greg Maddux fera partie des Cubs cette année après avoir signé un contrat de trois ans d’une valeur de 24 millions.

Boston — Le propriétaire des Red Sox de Boston, John Henry, est désormais convaincu que le baseball majeur doit se donner un plafond salarial après avoir vu les Yankees de New York s'approprier les services d'Alex Rodriguez, une transaction que son équipe a tenté en vain de réaliser.

Dans un courriel adressé aux médias, Henry indique avoir changé d'avis au sujet d'un plafond salarial afin «de s'occuper d'une équipe qui a dépassé les limites du bon sens en utilisant des ressources financières auxquelles les autres équipes n'ont pas accès.»

La masse salariale des Yankees s'établit à quelque 186 millions après l'acquisition de Rodriguez du Texas et le transfert aux Rangers d'Alfonso Soriano et d'un joueur des ligues mineures. L'enveloppe salariale des Yankees pourrait être réduite de 5 millions si le joueur de troisième-but Aaron Boone est remercié. La masse salariale des Red Sox sera d'environ 125 millions, la deuxième plus élevée du baseball.

«Il est évident que le statu quo ne peut être maintenu, écrit Henry. Il doit y avoir une façon d'imposer une limite à ce qu'une équipe peut dépenser sans pénaliser les joueurs qui ont obtenu ce qu'ils ont par le jeu de la négociation. Il y a une façon de corriger un système qui ne fonctionne plus.»

Les Red Sox ont voulu obtenir Rodriguez, sacré meilleur joueur de la Ligue américaine cette saison. Cet hiver, Boston a cherché à échanger Manny Ramirez, le deuxième plus haut salarié du baseball, en retour de Rodriguez. La transaction a avorté lorsque les deux parties n'ont pu s'entendre sur la manière de départager les 179 millions restants du contrat de Rodriguez.

Les Yankees ont été en mesure d'absorber le salaire de Rodriguez sans perdre un joueur-vedette.

«Le baseball n'a pas de réponse au problème que posent les Yankees, dit Henry. Il y a une limite à ce que peut donner le partage des revenus. La solution se trouve ailleurs.»