La rédemption d’un roi de la natation

Michael Phelps
Photo: Odd Andersen Agence France-Presse Michael Phelps

Pour ses derniers Jeux olympiques, l’Américain est en train de réaliser une impressionnante moisson de médailles. Incontestable champion des bassins, Michael Phelps brille aussi en dehors, lui qui a vaincu l’alcoolisme et la dépression.

Dans la nuit de mardi à mercredi, Michael Phelps a encore accru sa position dans l’histoire des Jeux olympiques. Grâce à ses victoires sur le 200 m papillon et le relais 4x200m nage libre, le nageur a décroché ses 20e et 21e médailles d’or aux Jeux. Ce qui porte à 25 son total de distinctions remportées en quatre éditions, soit 2004, 2008, 2012 et 2016.

À 31 ans, Phelps est le sportif le plus titré des Jeux olympiques, devant la gymnaste soviétique Larissa Latynina, qui entre 1956 et 1964 a remporté dix-huit médailles, dont neuf en or.

18e rang
Michael Phelps a remporté mardi soir sa 21e médaille d'or. Si le nageur américain était un pays, il se hisserait au 18e rang des plus grands médaillés olympiques depuis 2000. Avec ses 10 médailles d'or, le Canada se classerait loin derrière lui: au 32e rang.

Pour ses derniers Jeux, l’Américain semble décidé à placer la barre très haut : dans les trois épreuves auxquelles il a pris part jusqu’à présent — le relais 4x100m nage libre, le 200 m papillon et le relais 4x200m nage libre —, à chaque fois, il a décroché l’or. Une incroyable moisson qui rappelle que Michael Phelps n’est pas du même acabit que les autres sportifs. Et pourtant, le protégé de Bob Bowman a touché le fond. C’était en 2014. Cette année-là, Michael Phelps reprend le fil de sa carrière, qu’il a stoppée en 2012 après les Jeux olympiques de Londres.

La descente

Cependant, son train de vie est inadapté aux exigences du haut niveau : sorties alcoolisées et jeux d’argent rythment son quotidien. En octobre 2014, il est arrêté pour conduite en état d’ivresse. Suspendu par la Fédération américaine de natation, Michael Phelps se noie dans l’alcoolisme et la dépression, au point d’envisager de se suicider. Il trouvera alors la force de s’imposer une cure de désintoxication. « C’est sans doute le moment où j’ai ressenti la plus grande peur de ma vie », admettait le nageur à Sports Illustrated. Au final, cette initiative se révèle salvatrice : « Je l’ai enfin reconnu. Il avait les idées claires, travaillait sur ses comportements », confiait son entraîneur de toujours, Bob Bowman, à L’Équipe.

Photo: Martin Bureau Agence France-Presse Michael Phelps et son fils Boomer

Sa rédemption passe ensuite par son mariage avec sa compagne, Nicole Johnson, puis la naissance de son fils Boomer, deux événements qui l’aident à se responsabiliser. Peu à peu, Michael Phelps retrouve le goût de la natation. « Je suis retombé amoureux de mon sport », confirme-t-il au quotidien sportif français. Une envie qui l’a guidé jusqu’aux Jeux de Rio.

Ses derniers, donc. Il lui reste désormais le 200 m quatre nages individuel, dont la finale se déroulera dans la nuit de jeudi, et le 100 m papillon, dont la finale a lieu dans la nuit de samedi, pour agrandir son total de médailles. Finalement, une seule manque à son palmarès : celle récompensant sa victoire sur ses déboires passés.


18e rang
Michael Phelps a remporté mardi soir sa 21e médaille d'or. Si le nageur américain était un pays, il se hisserait au 18e rang des plus grands médaillés olympiques depuis 2000. Avec ses 10 médailles d'or, le Canada se classerait loin derrière lui: au 32e rang.
1 commentaire
  • Jean-Marc Tremblay - Inscrit 11 août 2016 09 h 46

    oui, mais un peu de controverse....


    Phelps est sans nul doute le plus grand nageur de tous les temps. Ceci dit, certaines de ses médailles d’or, essentiellement dans les épreuves de relais, sont contestées. Plus précisément, c’est la sélection de Phelps qui laisse songeur; apparemment que dans plusieurs de ces épreuves de relais, durant plusieurs olympiques, notamment celle d’il y a quelques jours, Phelps ne méritait pas vraiment sa place n’étant pas parmi les 4 nageurs les plus rapides de son pays. Pour des raisons quelque peu obscures (certains disent liées à des fins commerciales, sinon politiques), on l’aurait préférer à d’autres nageurs plus méritant.